Météo: «Faire des prévisions à long terme, c'est comme jouer à pile ou face»
Actualisé

Météo«Faire des prévisions à long terme, c'est comme jouer à pile ou face»

S'il est possible de prévoir le temps avec précision à quelques jours, les météorologues se méfient des pronostics saisonniers, difficilement fiables.

par
Didier Bender

Si l'hiver météorologique a pris fin le 28 février, l'hiver n'a pas tiré sa révérence. «Nous aurons une nouvelle incursion hivernale ce jeudi», observe Frédéric Glassey, directeur-adjoint de Meteonews. «Quelques flocons tomberont jusqu'à basse altitude». A cela, rien d'anormal pour un mois de mars. Même si, après les journées de vendredi et samedi, avec des températures de 13 à 14 degrés, les Romands ont pris d'assaut les terrasses. «Avec 8 à 9 degrés aujourd'hui (ndlr: lundi), nous sommes dans des températures de saison», précise le météorologue.

Pour le printemps, certains spécialistes osent quelques pronostics. Quel est leur degré de précision? Difficile à dire quand les taux de fiabilité sont de 50 à 60%. «A 50% de fiabilité, c'est comme jouer à pile ou face», ose le prévisionniste. Même si les modèles technologiques sont toujours plus perfectionnés, «il existe toujours une variable que l'on n'arrive pas à isoler ».

Concrètement, les prévisionnistes ne peuvent s'appuyer que sur deux paramètres de référence: les températures et les précipitations. Va-t-il faire plus ou moins chaud que la norme? Va-t-il pleuvoir plus ou moins que la norme? «Aujourd'hui, il fait 13 degrés et soleil au Tessin et 6 degrés sous la pluie à Zurich», analyse Frédéric Glassey. «Les contrastes sont assez marqués. En faisant des prévisions à long terme, on élimine tous les contrastes météorologiques du pays». D'où la difficulté pour les prévisionnistes de faire des pronostics fiables.

Le climat tempéré de l'Europe occidentale ne se prête guère à ces prévisions. «A l'heure actuelle, la prévision la plus fiable, c'est celle à 6-7 jours», relève Daniel Masotti, du site météo-assistance.ch «Au-delà, ça reste très aléatoire». Alors pour tirer des plans sur la comète, reste les dictons. «Doux hiver, printemps desséché. Pénible hiver, printemps mouillé», raconte un proverbe. A raison ou à tort.

Ton opinion