Votations 15 mai: la loi cinéma et ce qu'il faut savoir dessus
Actualisé

Votations du 15 maiLoi cinéma: tout ce qu’il faut savoir avant les votations

Le peuple doit décider s’il veut imposer aux diffuseurs étrangers d’investir dans la production locale. Réponses aux principales questions.

par
Yannick Weber

Pourquoi on vote le 15 mai?

Le parlement a accepté la nouvelle loi sur le cinéma, mais un référendum a été lancé par une coalition menée notamment par les Jeunes libéraux-radicaux, les Jeunes UDC et les Jeunes Vert’libéraux. Il a abouti et le peuple devra donc trancher.

Ce que contient la loi cinéma

La loi veut imposer aux plateformes de streaming comme Netflix, Disney+ ou encore le service de Swisscom BlueTV une obligation d’investir 4% de leur chiffre d’affaires dans la production cinématographique suisse, qu’elle soit sous forme de films, de séries ou de documentaires. 

La loi prévoit en outre que ces plateformes soient obligées d’avoir un catalogue qui contienne 30% de productions européennes.

Hausse du prix des abos aux plateformes de streaming?

Les jeunesses des partis du centre et de droite ont lancé le référendum. Selon eux, cette obligation d’investissement (qui se transformera en taxe si les plateformes ne remplissent pas leur devoir) risque de faire augmenter le prix des abos pour les clients suisses, qui paient d’ailleurs déjà bien plus qu’ailleurs. 

De plus, ils ne comprennent pas pourquoi l’État dicterait aux plateformes des quotas concernant l’origine de ce qu’elles proposent plutôt que de les laisser libres de mettre à leur catalogue ce que les clients regardent. 

 Référendum «Non à la loi sur le cinéma»

Référendum «Non à la loi sur le cinéma»

Enfin, ils notent que le cinéma suisse bénéficie déjà d’aides importantes, avec notamment plus de 100 millions de francs qui sont versés chaque année par le biais de Serafe.

Pour eux, la loi est «paternaliste, protectionniste et injuste» et représente un «traitement de luxe au lobby du cinéma. Ils sont rejoints dans leur combat par de nombreux élus de droite mais aussi par des organisations comme EconomieSuisse.

Soutien à la production du cinéma suisse

La majorité du parlement et le Conseil fédéral recommandent de voter oui. Ils relèvent que les chaînes de télévision suisses sont déjà soumises à ces 4% d’obligation d’investissement et qu’il est juste que les plateformes de streaming le soient aussi, surtout puisque, actuellement, «tous leurs revenus partent à l’étranger».

Ils contestent le fait que le prix des abonnements va nécessairement augmenter. Sur le quota de films européens à intégrer au catalogue, ils disent que les chaînes de télévision suisses sont déjà soumises à un quota de 50% et que l’effort demandé aux plateformes est donc raisonnable.

Comité interpartis "Oui à la loi sur le cinéma“

Comité interpartis "Oui à la loi sur le cinéma“

Ils estiment que le soutien à la production suisse est nécessaire, car elle «raconte notre quotidien, notre culture et notre pays», ce qui renforcera «notre identité culturelle» aussi à l’étranger. Enfin, ils soulignent que plusieurs pays européens ont introduit des réglementations similaires.

Ils sont rejoints dans leur combat pour la loi par les partis de gauche et du centre, par les associations de production audiovisuelle. «Et si votre prochaine série préférée était suisse?»: tel est le slogan de leur campagne.

Notre dossier votations

Ton opinion

11 commentaires