Laurence Arné : «Faire rire les gens n'était pas un but»

Publié

Laurence Arné «Faire rire les gens n'était pas un but»

Après avoir commencé des études de sociologie et de communication d'entreprise, Laurence Arné a réalisé qu'elle s'était trompée de voie.

par
Julienne Farine
L'actrice est également réalisatrice.

L'actrice est également réalisatrice.

F.Melillo

Révélée par son rôle de directrice des ressources humaines nymphomane dans la série «WorkinGirls», la Française de 36 ans incarne la compagne de Dany Boon dans «La ch'tite famille».

Vous êtes régulièrement présentée comme la Cameron Diaz française, ça vous plaît?

C'est très flatteur, comme quand on me compare à Kristen Wiig. Ce sont deux superactrices. J'aime bien amener un côté anglo-saxon dans la comédie française.

Vous avez toujours voulu être comédienne?

Non. J'ai d'abord fait des études de sociologie et de communication d'entreprise. C'est pendant un échange universitaire au Chili que j'ai réalisé que je me plantais complètement. Quand je suis revenue en France, j'ai tout arrêté. Je suis arrivée un peu à tâtons à l'écriture d'un one-woman-show et à faire rire les gens, alors que ce n'était pas un but.

Comme le personnage de Dany Boon dans le film qui quitte le Nord pour venir à Paris, vous êtes partie d'Angoulême pour la capitale.

Je me retrouve complètement dans cette histoire. J'ai ressenti le besoin de m'éloigner. J'avais la sensation d'étouffer dans ma petite ville. Puis, au bout d'un moment, on a besoin de revenir là où on a passé les premiers moments de sa vie.

Vous aviez aussi un fort accent en débarquant dans la Ville Lumière?

Non. Il existe un patois dans la région d'où je viens, mais je ne l'ai pas appris, parce que ma mère est Néerlandaise et que mon père vient de Bordeaux. Je n'ai pas eu besoin de gommer ce petit truc qui peut être un obstacle quand on veut être comédien.

Ton opinion