tourisme d'achat: Faire ses courses à l'étranger: dépassé
Actualisé

tourisme d'achatFaire ses courses à l'étranger: dépassé

Si les Suisses boudent l'étranger, les étrangers achètent davantage en Suisse.

par
Giuseppe Melillo

Selon une étude de Coop sur le tourisme d'achat, entre 2005 et 2009, la valeur des achats transfrontaliers des Suisses a chuté de 2,1 à 1,8 milliard de francs, un recul de 300 millions en quatre ans. En 2005, 21% des sondés effectuaient régulièrement des achats à l'étranger, contre 16% aujourd'hui.

La baisse la plus forte touche les mordus du tourisme d'achat, les jeunes jusqu'à 34 ans et les consommateurs habitant à plus de 30 kilomètres de la frontière. Les Tessinois, surtout, font moins leurs courses en Italie. L'arrivée en Suisse des hard discounters allemands Aldi et Lidl a aussi «rapproché» certains produits des consommateurs. Enfin le taux de change moins intéressant a également pesé sur le recul des achats transfrontaliers.

De même, l'écart entre les prix suisses et étrangers a fondu de 10% depuis 2005, selon Coop. La viande et les produits de soin pour le corps restent les plus recherchés à l'étranger. En même temps, les étrangers font aussi davantage leurs courses en Suisse, recherchant une qualité de produits qui, à prix égal, est supérieure. L'une de leurs principales motivations est le prix de l'essence, qui reste simplement imbattable en Suisse.

Ton opinion