Suisse: Faire ses courses en ligne et les récupérer au fitness
Actualisé

SuisseFaire ses courses en ligne et les récupérer au fitness

Concluante, l'expérience PickMup de Migros sera étendue à tout le pays d'ici à ce printemps.

par
dmz
Chez le fleuriste aussi, on peut retirer ses courses.

Chez le fleuriste aussi, on peut retirer ses courses.

photo: Kein Anbieter/Migros

Alors que les Chambres fédérales s'écharpent autour des horaires d'ouverture des magasins, les détaillants, de leur côté, s'adap­tent aux besoins des consommateurs. Ainsi, Coop et Migros proposent un service de livraison à domicile jusqu'à 22 h, selon les régions. Le second a d'ailleurs décidé de passer la vitesse supérieure avec un système de retrait à la carte.

Testé depuis le printemps 2015, PickMup sera étendu à 250 filiales dans tout le pays d'ici au mois de mai. Le client commande ses courses en ligne – un livre, des meubles ou du matériel de sport – et les fait livrer sans frais dans un Migrolino, un Denner ou encore chez Activ Fitness, trois chaînes appartenant au géant orange. «C'est aussi une offre supplémentaire pour ceux qui ne souhaitent pas que leurs commandes restent devant leur porte en cas d'absence», précise Dominique Locher, directeur de LeShop.ch.

Petit bémol: tout n'est pas livrable partout, ni tous les jours. Ainsi, il est impossible de faire venir un canapé dans une station-service. Et PickMup ne fonctionnera pas le dimanche. Si le point de retrait est ouvert le jour du Seigneur, les marchandises y parviendront le samedi. Les filiales les conserveront de 10 à 14 jours. Sauf les commandes LeShop: elles doivent être retirées le jour de la livraison pour garantir la fraîcheur des produits.

Et le dimanche? Avec les taxis

Coop a lancé la même idée que Migros, limitée pour l'instant à la région de Zurich. Dans cette ville et à Bâle, le No 2 de la distribution teste aussi depuis janvier la livraison à domicile le dimanche. Ses livreurs et son partenaire, La Poste, n'étant pas autorisés à travailler le jour du Seigneur, ce sont des taxis qui s'y collent. Syndicom voit dans cette pratique un moyen de contourner l'interdiction du travail dominical. Le syndicat craint qu'elle ne s'étende à d'autres branches.

Ton opinion