Actualisé 13.01.2019 à 20:53

Football – Angleterre

«Faites qu'on sorte, au diable le reste du monde!»

L'entraîneur de Cardiff City, Neil Warnock, a choqué samedi en soulignant son impatience de voir se concrétiser le Brexit.

de
duf

Neil Warnock n'est pas du genre à garder sa langue dans sa poche. Il l'a encore montré samedi en conférence de presse, après le match de son équipe de Cardiff City, qui accueillait Huddersfield en Premier League. Le match s'est terminé sur un score peu réjouissant de 0-0, avec seulement deux tirs cadrés enregistré durant toute la partie, mais le manager anglais de 70 ans a attendu l'après-match pour faire son spectacle.

Interrogé sur ses perspectives sur le marché des transferts, Warnock s'est quelque peu égaré en évoquant le Brexit, alors que le Royaume-Uni risque une sortie de l'Union européenne sans être parvenu à un accord avec elle. «Une fois que le pays saura ce qu'il fait, que nous obtenons un accord et que nous allons de l'avant, je pense que ça sera simple, a estimé le septuagénaire. Je constate qu'on parle beaucoup, mais je ne comprends pas pourquoi les politiciens ne font pas ce que le pays a exigé. Il y a eu un référendum, mais maintenant il y a plein de politiciens qui essaient de s'en mêler, au lieu de soutenir Theresa (ndlr: May, le Premier ministre). Sinon, pourquoi a-t-on eu un putain de référendum pour commencer? Je ne peux pas attendre d'en sortir (ndlr: de l'UE), si je suis honnête. Je pense qu'on s'en sortira bien mieux hors de ce putain de machin. Dans tous les domaines. Que le reste du monde aille en enfer!»

Des propos cinglants qui ont à nouveau jeté un peu d'huile sur le feu entre partisans et opposants du Brexit. Warnock a même ajouté que la sortie de l'UE serait également un plus dans le domaine du football. C'est à espérer pour cet Anglais qui dirige un club gallois, propriété d'un richissime homme d'affaires malaisien et qui emploie des joueurs venus d'une douzaine de nations différentes.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!