Actualisé 11.07.2007 à 08:04

Faithless, l'electro qui va plus loin que la musique

ELECTRO – Après les Chemicals Brothers, c'est l'autre monument de l'electro anglaise qui débarque au Jazz.

En 1995, toute la planète découvre un groupe britannique au travers de l'imparable titre «Insomnia». Derrière ce coup de maître se trouve le même trio qu'aujourd'hui: Sister Bliss (musicienne et DJ), Maxi Jazz (rappeur zen) et le producteur Rollo (frère de Dido, déjà auteur d'une impressionnante discographie). L'année suivante, il confirme leur talent avec leur premier album, «Reverence».

La valeur ajoutée de Faithless à l'electro est le live. Un art qu'ils maîtrisent parfaitement en s'entourant de musiciens confirmés pour offrir des shows vivants et évolutifs. Autre force: les textes engagés. Faithless est un ovni dans un univers electro peu enclin aux revendications politiques. Que ce soit envers la violence, les guerres, ou plus simplement l'avenir de la planète, les textes de Maxi Jazz apportent de la rigueur dans une musique qui se veut festive. «Dès que l'on devient parent, on ne peut s'empêcher de penser au monde dans lequel naissent nos enfants et à leur avenir.» Sister Bliss, récente maman, renchérit: «C'est en effet ma grossesse qui a posé les bases de notre dernier album – et qui en a aussi accéléré la sortie. Tu réfléchis autrement et vois l'avenir différemment.»

Le groupe a mûri au fil de ses différents albums. Son mélange de house, de trip-hop et de morceaux plus atmosphériques, une énergie communicative et quelques hits indémodables se chargeront de conquérir le public du Stravinski ce soir. «Nos concerts n'attirent plus uniquement des trentenaires nostalgiques, mais aussi des mélomanes plus jeunes qui découvrent Faithless. C'est motivant de voir ces différentes générations se mélanger», conclut Sister Bliss.

Didier Ambühl

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!