21.12.2016 à 20:15

Bâle-Campagne

Famille submergée de colis jamais commandés

Depuis septembre, un inconnu s'amuse à faire envoyer toutes sortes de marchandises à l'adresse d'un homme domicilié à Therwil (BL). A bout de nerfs, il a porté plainte contre inconnu.

de
las/ofu
1 / 6
Les factures s'accumulent chez une famille de Therwil (BL). Depuis septembre 2016, un inconnu commande des marchandises à son nom et fait envoyer les produits à son adresse.

Les factures s'accumulent chez une famille de Therwil (BL). Depuis septembre 2016, un inconnu commande des marchandises à son nom et fait envoyer les produits à son adresse.

20 Minuten/las
Dans la majorité des cas, l'inconnu colle sur les bons de commande une étiquette avec l'adresse de la famille. Celle-ci a pu trouver un arrangement avec certaines entreprises, qui l'appellent désormais pour valider toute commande.

Dans la majorité des cas, l'inconnu colle sur les bons de commande une étiquette avec l'adresse de la famille. Celle-ci a pu trouver un arrangement avec certaines entreprises, qui l'appellent désormais pour valider toute commande.

DR
DR

La plupart des gens se réjouissent lorsque le facteur leur amène un colis. Ce n'est pas le cas d'une famille de Therwil (BL), qui n'en peut plus de recevoir des paquets chez elle. Car depuis septembre, quelqu'un ne cesse de commander des marchandises au nom du père, 47 ans, et les fait envoyer à son adresse. «Au début, on pensait qu'il s'agissait d'offres publicitaires. Mais on est très inquiet à présent», raconte mercredi la mère à «20 Minuten».

La femme de 44 ans craint pour sa fille de 10 ans. «On ne sait pas si cette personne est proche de nous ou pas», explique la quadragénaire qui ignore pourquoi quelqu'un les terrorise de la sorte. «Nous n'avons de problème avec personne et nous ne sommes pas dans la politique.»

Des produits pour plus de 1000 francs

Le premier colis indésiré est arrivé chez eux en septembre de cette année. Rapidement, les paquets ont commencé à se multiplier: «J'ai dû prendre contact avec chaque entreprise pour expliquer qu'on n'avait rien commandé. Heureusement que toutes étaient très coopératives et m'ont cru. Elles ont même payé les frais de port pour le renvoi des marchandises.» Si la famille avait dû tout payer, elle aurait désormais déboursé plus de 1000 francs pour les billets d'entrée, abonnements et pilules amaigrissantes qu'elle a reçus à la maison.

La famille a aussi trouvé un arrangement avec La Poste. Celle-ci ne déposera plus de colis devant leur porte si elle n'est pas à la maison. «Comme ça, on peut rejeter une partie des paquets indésirés», raconte la mère. Contacté, le porte-parole du géant jaune, Oliver Flüeler, précise que c'est la seule chose que l'entreprise peut faire pour la famille. «Nous devons respecter le mandat de service universel et livrer tous les envois. Nous ne pouvons pas décider ce que nous livrons et ce que nous ne livrons pas.»

Des cas «plutôt rares»

La famille bâloise a porté plainte contre inconnu. Contactée, la police confirme. «Malheureusement, il ne s'agit pas d'un cas isolé. Mais ce genre d'affaire reste néanmoins plutôt rare», explique le porte-parole des forces de l'ordre, Roland Walter. «Souvent, c'est un conflit qui est à la base de tout ça. Nous conseillons aux victimes de porter plainte.»

Le Ministère public de Bâle-Campagne n'a pas voulu s'exprimer sur l'affaire en question. Il précise néanmoins: «Si quelqu'un falsifie la signature d'un individu soit pour le tromper soit pour un enrichissement illégitime alors elle risque d'être poursuivie pour escroquerie ou faux dans les titres.» Selon le porte-parole Nico Buschauer, on peut également parler d'escroquerie lorsque quelqu'un passe commande auprès d'une entreprise mais n'a pas l'intention de payer pour les marchandises. Une personne condamnée pour escroquerie ou pour faux dans les titres risque jusqu'à 5 ans de prison.

Fraude aux boîtes à lettres vides

En mai 2014, une habitante de Zurich avait trouvé un bon moyen pour se faire livrer gratuitement des vêtements via le site en ligne de Zalando. La Zurichoise, qui avait pris contact avec le «Tages-Anzeiger», expliquait se promener en ville afin de repérer une boîte aux lettres vide, si possible devant un grand immeuble. Après avoir vérifié que l'appartement correspondant à la boîte est bien inoccupé, elle y appose un nom inventé. Elle se rend ensuite chez elle pour créer un compte Zalando avec ce faux nom. Il ne lui reste alors plus qu'à commander les habits qu'elle désire. Trois ou quatre jours ouvrables plus tard, elle va récupérer le récépissé du colis dans la boîte aux lettres en question. Arrivée à la poste, elle peut alors retirer le paquet sans montrer une quelconque pièce d'identité. En effet, cette preuve est uniquement nécessaire quand il s'agit de récupérer des colis envoyés en recommandé.

Contacté à l'époque, le Ministère public vaudois avait juge la pratique extrêmement grave: «une personne agissant de la sorte risque une condamnation pour escroquerie simple ou escroquerie par métier. La peine peut varier entre 5 et 10 ans en fonction de l'intensité et du nombre d'escroqueries commises.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!