JO 2018 – Skicross: Fanny Smith pour effacer la déception de Sotchi
Actualisé

JO 2018 – SkicrossFanny Smith pour effacer la déception de Sotchi

Septième à Vancouver en 2010, 8e il y a quatre ans, la Vaudoise vivra en Corée du Sud ses 3es JO. Elle emmène une délégation solide.

par
Oliver Dufour
Bokwang

«Mon plus gros obstacle, c'est moi-même.» Fanny Smith ne se cache pas. A 25 ans, la Vaudoise a appris à canaliser son énergie. «Je suis du style à en faire trop, souffle-t-elle. Je bosse beaucoup, mais je dois réussir à me gérer. A Sotchi j'ai voulu trop en faire. Ce fut une grande déception, j'ai dû me reconstruire.» Victorieuse pour la 12e fois en Coupe du monde à Montafon, 2e en Suède à Idre Fjäll lors de la deuxième épreuve, Fanny Smith est mûre pour le métal en Corée du Sud.

«L'envie est intacte, poursuit-elle. Pareil pour la motivation, lâche-t-elle. C'est une course comme les autres où il faut gérer le stress et les émotions parce que, contrairement à la Coupe du monde, les qualifications et la course sont programmées le même jour. En Coupe du monde, on alterne entre les hommes et les femmes, pas aux Jeux.»

La stratégie va primer

Comme un pipe de snowboard ou une descente en ski alpin, les parcours de skicross varient au gré des épreuves et des concepteurs. A Pyeongchang, on sait qu'il y aura d'abord une chute de 3 mètres avec sans doute de la neige artificielle et une fin sur un parcours très plat où il faudra arriver avec beaucoup de vitesse. «Il y aura des dépassements et une part de chance, prévient Fanny Smith, qui n'a malheureusement pas pu participer aux préolympiques il y a deux ans en raison d'une blessure. Ça ressemblera au parcours d'Idre Fjäll en Suède (réd.: là où Fanny Smith a aussi terminé 4e en chutant sur l'une des dernières bosses). Il faudra être un fin stratège, mais je préfère les parcours un petit peu plus subtils et techniques comme à San Candido.»

A l'instar de l'alpin et du nordique, le matériel jouera un grand rôle. «Nous sommes partis le 6 février en Corée pour cette raison, explique-t-elle. Si elle tombe, la neige est très polluée parce qu'elle vient de Chine. J'ai un nouveau serviceman qui vient de l'alpin et qui se réjouit de pouvoir faire des tests, il trouve ça intéressant.» De quoi aussi s'être entraînée encore et encore jusqu'à la course. «Non. Après les tests, on est partis au Japon cinq jours pour de la préparation physique et se sortir la tête des Jeux. Si cela ne tenait qu'à moi, j'arriverais le plus tard possible.»

La skieuse de Villars sera accompagnée à Pyeongchang par Sanna Lüdi, 11e du général, Talina Gantenbein, 24e, et Priscillia Annen, 28e. Pour ce qui est de la favorite, il faut aller chercher du côté de la Suède et de la jeune Sandra Näslund (21 ans). Elle a remporté six des huit courses disputées cette saison et a chaque fois terminé sur le podium.

Quatre hommes pour un coup fin

Chez les messieurs, on attend beaucoup de Marc Bischofberger et d'Alex Fiva. Le premier est en tête de la Coupe du monde, tandis que le second compte onze succès en carrière et occupe la troisième place au général derrière Bischofberger et le champion olympique en titre français Jean-Frédéric Chapuis. Les deux autres mousquetaires helvétiques s'appellent Armin Niederer et Jonas Lenherr. Respectivement 15e et 17e de la Coupe du monde, les deux hommes sont en retrait par rapport à leurs deux chefs de file, mais ils se sont déjà imposés en Coupe du monde et tout dépendra de la forme du jour.

Ce qui est certain, c'est que les Suisses ont été très bons sur le parcours d'Idre Fjäll avec quatre athlètes dans les cinq premiers et la victoire de Fiva devant Bischofberger. A écouter Fanny Smith, la fin du parcours coréen ressemblera fortement à celui emprunté en Suède, de quoi donner de bonnes idées aux quatre Alémaniques. Il vaut d'ailleurs mieux se référer à ces résultats qu'à ceux de l'épreuve préolympique disputée il y a deux ans. Niederer avait terminé meilleur Suisse à la 22e place, juste devant Bischofberger. Lenherr avait pris la 27e place alors qu'Alex Fiva ne s'était pas qualifié pour la finale.

Ton opinion