Actualisé 21.03.2020 à 17:47

Hockey sur glace

Fasel: «Notre but est de rembourser les billets»

L'annulation des Mondiaux a été dure pour le président de l'IIHF, qui ne laissera pas tomber le public.

Pour René Fasel, annuler les Mondiaux 2020 a été le moment le plus douloureux depuis qu'il est président de l'IIHF.

Pour René Fasel, annuler les Mondiaux 2020 a été le moment le plus douloureux depuis qu'il est président de l'IIHF.

Keystone

Voilà trente ans qu'on côtoie ou discute régulièrement avec René Fasel (70 ans), président de la Fédération internationale de hockey sur glace (IIHF) depuis 1994. Jamais encore, au bout du fil, on n'avait perçu autant d'émotions dans le timbre de sa voix. Quelques minutes après avoir été contraint d'annuler les Championnats du monde 2020, originellement prévus du 8 au 24 mai à Zurich et à Lausanne, le Fribourgeois a résumé le poids de cette décision avec une phrase lourde de sens: «Je viens de vivre mon moment le plus douloureux à la tête de l'IIHF.»

Le Napoléon du hockey mondial avait pourtant notamment dû gérer des conflits avec la NHL pour des histoires de gros sous et de participation des joueurs étoiles aux Jeux olympiques. Des cas de dopage. Des manoeuvres pas toujours loyales au moment des élections au sein de la Fédé. «Devoir renoncer à la fête annuelle du hockey, c'est dur.» Pas en termes pécuniaires puisque l'IIHF avait eu la bonne idée de contracter une assurance contre les pandémies en 2012. Mais en termes de promotion de son produit. «Même si la crise sanitaire s'atténuait d'ici au mois de mai, il n'était pas raisonnable d'attendre trop longtemps avant de prendre une décision commandée par le bon sens. Toutes les ligues sont à l'arrêt, les patinoires sont fermées, les joueurs ne peuvent que faire du vélo stationnaire dans leur sous-sol.»

René Fasel, on nous a soufflé que la SA qui chapeaute les Mondiaux 2020 pourrait se retrouver en faillite si elle devait rembourser l'intégralité du montant perçu sur la vente des billets. Vrai?

Qu'elle se rassure, on ne va pas la laisser tomber. Dans les prochains jours, nous allons trouver des solutions afin que ce scénario ne se réalise pas.

Combien de billets avaient trouvé acquéreurs?

317'000, un chiffre qui atteste de l'intérêt, et donc aujourd'hui de la déception, du public. Un chiffre qui représente aussi 24 millions de francs.

Ce montant sera-t-il entièrement restitué aux titulaires de ces tickets? On vous le demande car, dans son communiqué, Swiss Ice Hockey n'apporte pas de réponse concrète à cette question.

Notre but est de rembourser la totalité de ce montant. On a seulement besoin d'un peu de temps pour pouvoir gérer tous les dossiers en suspens de manière efficace. L'annulation des Mondiaux 2020 en Suisse a été le 19e tournoi placé sous notre égide à subir le même sort ces dernières semaines. Vous pouvez donc imaginer l'ampleur du travail à effectuer avant de pouvoir fournir des réponses définitives.

Mais les Mondiaux de Zurich et de Lausanne étaient la vitrine de toutes ces compétitions...

Bien sûr. Il n'est pas envisageable de laisser tomber un public, souvent fidèle, qui prend parfois ses vacances pour vivre ces Championnats du monde de l'intérieur. Des dizaines de milliers de personnes vont probablement perdre de l'argent alors qu'elles sont déjà en possession de leurs billets d'avion et de leurs réservations d'hôtels. Ces fans font partie de la famille du hockey. Il est de notre devoir de prendre soin des personnes de la famille.

Comme l'UEFA l'a fait pour son Euro en décalant sa programmation d'un an, est-ce utopique d'imaginer les Mondiaux 2021 en Suisse?

Utopique, non. Mais c'est difficile. Pour 2021, nous avons déjà signé le contrat avec la Biélorussie et la Lettonie. Pour 2022, les documents sont également ratifiés avec la Finlande. Mais, au sein même de la Fédération, j'entends des voix s'élever pour que la Suisse, qui est victime de circonstances extraordinaires, puisse bénéficier d'un traitement exceptionnel. Là aussi, il est encore trop tôt pour vous fournir une réponse catégorique.

Et quid de votre avenir?

Quoi, mon avenir?

A Zurich, durant les Mondiaux, devait se tenir le Congrès de l'IIHF avec, à l'ordre du jour, l'élection de votre successeur. Il n'y aura ni Mondiaux ni Congrès. Est-ce à dire que vous allez jouer les prolongations?

Pour le moment, j'ai d'autres priorités. Ramener le bateau dans des eaux calmes et apporter des réponses précises à toutes les questions posées.

Propos recueillis par Emmanuel Favre

(NewsXpress)
Trouvé des erreurs?Dites-nous où!