Dérapage?: Fathi Derder fâche les musulmans
Actualisé

Dérapage?Fathi Derder fâche les musulmans

Des propos tenus par le journaliste star de La Télé dans «24 Heures» irritent la communauté musulmane de Suisse.

par
Grégoire Corthay
L'article de Fahti Derder paru dans le «24 Heures» du mardi 22 juin. En vert, le passage incriminé.

L'article de Fahti Derder paru dans le «24 Heures» du mardi 22 juin. En vert, le passage incriminé.

«Quand j'ai vu Ribéry, dimanche sur TF1, j'ai compris que j'aimais la France. Un multimillionnaire à gueule de repris de justice, client de prostituées de 16 ans, immoral et voyou. Pire: musulman». Cette citation est extraite de l'article «Vive la France!» écrit par Fathi Derder. Elle est parue dans une rubrique nommée «Réflexions» dans le journal «24 Heures» du mardi 22 juin.

Cette chronique, rédigée sur un ton se voulant sérieux selon Fathi Derder, a blessé le Conseil Islamique de Suisse. «L'auteur de l'article du '24 heures', en voulant condamner des faits jugés immoraux, fait un amalgame jusqu'à atteindre l'irrationnel. Nous condamnons fermement cette dérive islamophobe cachée derrière la débandade du foot français» explique Tawfiq El Maliki, porte-parole du Conseil Islamique, contacté par «20 minutes».

Pour lui, Fathi Derder, nommé en janvier dernier «journaliste romand de l'année 2009», a été particulièrement maladroit. «Il règne un climat malsain en Europe, et peut-être dans le monde, où l'islam est de plus en plus perçu comme une menace. Certains y verraient une parade politicienne qui vise à détourner le public des problèmes de fond. En tout état de cause, les bras nous en tombent à la lecture d'un passage où le terme de musulman apparaît comme une insulte pire que d'être immoral ou voyou. Les mœurs ne sont pas toujours le reflet d'une croyance. La croyance a bon dos dans ce cas. S'il avait été question d'une autre communauté, d'une autre confession, on aurait sans doute vu des associations se mettre en rangée pour donner l'assaut. Mais pour les musulmans, force est de constater, hélas, qu'il y a deux poids deux mesures», souligne Tawfiq El Maliki.

Fathi Derder se défend, pour sa part, de toute islamophobie. «C'est ridicule, même si je ne suis pas pratiquant, je suis moi-même de famille musulmane!» relève-t-il. «L'esprit de ce papier écrit avec ironie me semblait clair! Je dénonçais au contraire ce que le Conseil Islamique me reproche. Je prenais précisément la défense de la communauté musulmane. Les musulmans qui me critiquent ne comprennent apparemment pas le deuxième degré…» se justifie le journaliste de la chaîne de TV valdo-fribourgeoise.

Au niveau pénal, il semblerait qu'il n'y ait pas matière à déposer une plainte. «Dans le cas particulier, l'idée de Fathi Derder était à l'évidence de faire de l'humour. Les lecteurs apprécieront la qualité de cet humour… Il ne me parait pas y avoir matière à plainte pénale. Et il est à mon sens bon que le Code pénal ne se mêle pas de punir le mauvais goût», nous confie un spécialiste de la lutte contre le racisme en Suisse romande.

Ton opinion