France/Suisse: Fathi Derder vole au secours de la Suisse
Actualisé

France/SuisseFathi Derder vole au secours de la Suisse

Dans une chronique, le conseiller national Fathi Derder répond à Jean-Luc Mélenchon qui plaint les Suisses d'avoir refusé les six semaines de vacances.

par
Côme Gallet

Fathi Derder a décidé de répondre au candidat d'extrême-gauche dans une lettre ouverte publiée sur le Huffington Post. Ponctuée de nombreux «mon cher Jean-Luc», la missive est tout de même au vitriol contre le candidat .

«Vous dites comprendre les patrons. En fait, vous ne comprenez rien du tout, une fois de plus», accuse le membre du Parti libéral-radical vaudois qui défend la «responsabilité» des patrons dans cette affaire. L'ancien journaliste de la Télé défend la «maturité politique» des citoyens helvétiques et loue la «paix du travail» qui prévaut en Suisse, sans «peurs, ni insultes. Sans méthodes de voyous».

Fathi Derder semble vouer une plus grande estime à Philippe Poutou, candidat du Nouveau parti Anticapitaliste (NPA), qualifié de «marrant». Et le Vaudois de reprendre l'argumentaire de M. Poutou qui dénonce les «professionnels de la politique», dont Jean-Luc Mélenchon fait partie.

Sus aux professionnels de la politique

«Il y a quelque chose de bizarre à entendre ces pros de la politique qui ne connaissent pas la réalité du monde du travail... mais qui en parlent quand même! D'abord ça fait bizarre. Et puis, quand ils se mettent à critiquer des citoyens travailleurs responsables, ça devient carrément surréaliste», écrit ainsi M. Derder.

Cependant, il semble que Fathi Derder, qui a quitté son métier de journaliste pour entrer au Conseil national, suive le même chemin. Interrogé par «20 minutes» sur sa propre situation Fathi Derder se démarque du candidat d'extrême-gauche: «J'ai travaillé pendant plus de 20 ans avant de me lancer», explique-t-il avant de reconnaître que seule la politique lui

apporte des revenus en ce moment.

Fathi Derder souligne sur ce point le blocage dont il se dit victime: «un homme qui est élu doit quitter le milieu du journalisme. C'est l'objet d'un combat de ma part vu que je n'ai aucunement l'intention de devenir un professionnel de la politique».

Secret bancaire

La fin de la longue missive parle du secret bancaire. Jean-Luc Mélenchon avait parlé de la Suisse comme étant le «coffre-fort de tous les voyous de la terre». Le Libéral-radical lui répond, en s'avançant un peu, que la Suisse «renonce actuellement au secret bancaire». Puis il tente d'expliquer le phénomène des Français qui viennent chercher l'exil fiscal en Suisse: «L'argent qui va bientôt inonder nos coffres ne sera pas celui de voyous, mais d'honnêtes travailleurs français dont l'Etat souhaite confisquer l'intégralité des revenus, ou presque».

«Je plains les Suisses»

Jean-Luc Mélenchon avait déploré lundi le rejet de l'initiative sur les six semaines de vacances par les citoyens suisses. «Je les plains de tout mon coeur de se laisser intimider par un patronat qui les convainc de ne pas prendre de vacances», avait-il déclaré au micro d'Europe1.

Ton opinion