Grèce: Fausse alerte à la bombe à Athènes
Actualisé

GrèceFausse alerte à la bombe à Athènes

La police grecque a bouclé samedi les abords de la Chambre de commerce et d'industrie de Grèce, dans le centre d'Athènes, après une alerte à la bombe qui s'est finalement révélée fausse, a indiqué une source policière.

Après l'alerte, lancée en matinée par un inconnu dans trois appels à un quotidien et une chaîne de télévision, les abords du bâtiment, situé près de plusieurs ambassades et du parlement grec, dans le quartier chic central de Kolonaki, avaient été sécurisés, tandis que des démineurs fouillaient les locaux.

A la mi-journée, la zone a été réouverte à la circulation, la police n'ayant rien trouvé de suspect.

De fausses alertes de ce type sont fréquentes en Grèce, où des attaques, revendiquées par divers groupes extrémistes, sont par ailleurs régulièrement menées contre des cibles économiques ou étatiques.

Ces actions sont souvent précédées d'appels d'avertissement auprès de médias.

Les dernières en date ont visé le 2 septembre la Bourse d'Athènes, qui a subi d'importants dommages, et le ministère de Macédoine-Thrace à Salonique, dans le nord.

L'action contre la bourse a été revendiqué le 10 septembre par le groupe Lutte révolutionnaire (EA), le plus actif du pays, inscrit sur les listes américaine et européenne des organisations terroristes. EA, qui affiche une réthorique d'extrême-gauche a menacé dans sa revendication les «responsables de la crise économique» de nouvelles attaques.

cb/mfo (afp)

Ton opinion