Fausses menaces de fusillade au Lollapalooza

Publié

Festival Lollapalooza à ChicagoFausses menaces de fusillade pour quitter son poste

Une agente de sécurité du festival Lollapalooza à Chicago a fait courir une fausse rumeur d’une tuerie de masse pour partir plus tôt de son travail sur l’open air. Elle est en prison.

L’open air réunit jusqu’à 100’000 personnes par jour au centre de Chicago au Grant Park.

L’open air réunit jusqu’à 100’000 personnes par jour au centre de Chicago au Grant Park.

Imago

Le festival Lollapalooza, un des plus réputés du monde lors duquel Lil Durk a été blessé, a battu son plein du 28 au 31 juillet 2022 à Chicago. Il a accueilli Metallica, Dua Lipa, Kygo ou Green Day en tête d’affiche. Reste que le vendredi 29 juillet 2022 n’a pas du être de tout repos pour les équipes de l’open air, qui peut accueillir jusqu’à 100’000 personnes par jour. Ce jour-là, une employée de la sécurité de l’événement a fait courir de fausses rumeurs autour d’une fusillade. 

D’après le journal local «Chicago Tribune», cette personne a envoyé anonymement un message à son superviseur disant: «Tuerie de masse à 16h au Lollapalooza. Nous avons 150 cibles». Dans un contexte terroriste toujours tendu, ce SMS a été pris très au sérieux et a été rapidement relayé tant à la police de Chicago qu’à l’unité antiterroriste du FBI. Cette employée a ensuite informé le même superviseur qu’elle avait vu passer sur Facebook des messages menaçants de même nature. Elle est même allée jusqu’à créer un compte sur le réseau social sous un faux nom pour y poster: «Grosse fusillade prévue au Lollapalooza à Grant Park à 18h». Dans la foulée, elle a envoyé une capture d’écran de ce post à son supérieur. 

Le pot aux roses a toutefois rapidement été découvert. Les spécialistes de la police ont identifié l’adresse IP du téléphone qui avait envoyé les messages et créer le faux compte Facebook. Elle menait à Janya Williams, 18 ans. Selon les procureurs en charge du dossier, le but de la jeune femme était uniquement de «pouvoir quitter son poste au sein du festival plus tôt». Elle a été envoyée en prison et entendue par un juge en première instance dimanche 31 juillet 2022. Elle est accusée d’avoir propagé de fausses menaces terroristes. Une caution a été fixée à 50’000 dollars. Une prochaine audience est fixée au 8 août 2022. 

(fec)

Ton opinion

0 commentaires