Bangkok – Des taxis convertis en potagers faute de clients
Publié

Thaïlande Faute de clients, des taxis sont convertis en potagers

Des jardinets potagers et des minimares accueillant des grenouilles: les toits et capots de taxis abandonnés ont trouvé une nouvelle vie à Bangkok.

1 / 6
A Bangkok, des taxis inutilisés ont trouvé une nouvelle vie…  

A Bangkok, des taxis inutilisés ont trouvé une nouvelle vie…

AFP
Des jardins potages ont été installés sur les toits des véhicules. 

Des jardins potages ont été installés sur les toits des véhicules.

AFP
La production aider à nourrir les chauffeurs et les employés au chômage. 

La production aider à nourrir les chauffeurs et les employés au chômage.

AFP

Sur un parking à ciel ouvert de l’ouest de Bangkok, des pousses vertes arrosées par les pluies de mousson jaillissent de la carrosserie de plusieurs rangées de taxis roses et orange typiques de la capitale thaïlandaise. De minuscules grenouilles vertes et brunes coassent quant à elle dans la chaleur tropicale à l’intérieur de bassins de fortune fabriqués à partir de vieux pneus, nichés parmi les quelque 200 voitures abandonnées.

Disparition des clients

Les taxis de ce «cimetière» ont vu ces derniers mois leurs chauffeurs retourner dans leur village, après la disparition presque totale des clients en raison de la pandémie et du confinement. Faire pousser des légumes était «notre dernière option», selon Thapakorn Assawalertkun, un des patrons de la compagnie de taxis, très endettée. «Nous nous sommes dit que nous allions faire pousser des légumes et élever des grenouilles sur les toits de ces taxis.» La Thaïlande a imposé des restrictions strictes pour faire face à une vague de contaminations de Covid-19 ces derniers mois, notamment un couvre-feu nocturne. Les touristes, essentiels au commerce des taxis de Bangkok, ont disparu en raison des règles draconiennes imposées pour entrer dans le royaume.

Pour nourrir les chauffeurs

Les aubergines, les piments, les concombres, les courgettes et le basilic cultivés sur les voitures – ainsi que les grenouilles – aideront à nourrir les chauffeurs et les employés au chômage. Et si les récoltes sont bonnes, ils prévoient de vendre le surplus sur les marchés locaux. «Faire pousser des légumes aide aussi les employés à se changer les idées. Nous voulons qu’ils aient quelque chose à manger et nous ne voulons pas non plus qu’ils soient stressés», a déclaré Thapakorn à l’AFP.

(AFP)

Ton opinion

5 commentaires