Lausanne: Faute de voiture, un jeune tune ses bicyclettes
Actualisé

LausanneFaute de voiture, un jeune tune ses bicyclettes

A 18 ans, Kevin équipe ses bécanes comme de vrais bolides. Vivant toujours chez ses parents, il a installé son atelier dans sa chambre.

par
Côme Gallet

Après l'émission télé «Pimp My Ride», il faudra peut-être bientôt compter avec «Pimp My Bike». Dans la maison familiale de Chavannes-près-Renens, Kevin bricole depuis trois ans ses bicyclettes. «J'ai découvert le tuning et ça m'a tout de suite passionné, mais je n'avais pas de voiture. J'ai donc eu l'idée de customiser mon vélo», explique-t-il. Petit à petit, il installe des suspensions à air, repeint le montant du cycle, fixe un lecteur MP3 relié à une sono sur les cornes du guidon, et fait même venir des pneus très larges d'Italie.

Avant de se lancer dans le tuning auto, Kevin rêve d'acheter «un pare-boue en forme d'aileron et des jantes à trois rayons». Débrouillard, le jeune Vaudois récupère des pièces utilisées sur d'anciens vélos, quand il ne se fournit pas dans un magasin spécialisé de Neuchâtel.

«Ma bécane est unique. Dehors, on m'encourage et les autres tuneurs me klaxonnent», se félicite Kevin dans sa chambre-atelier ornée de posters de voitures «tunées». Ses réalisations ne plaisent pas à tous. «La police m'a arrêté car mes néons peuvent distraire les automobilistes», raconte-t-il fièrement. Kevin tient à son vélo comme à la prunelle de ses yeux: «Si je tombe, je regarde d'abord s'il n'a rien.» Mais il ne le prend pas en toute circonstance: «Soit je le laisse chez quelqu'un, soit je ne le sors pas et prends ma trottinette, elle aussi customisée.

Le virus du tuning s'attaque aux deux-roues:

Ton opinion