Actualisé 29.08.2011 à 12:05

Mondiaux à Daegu Faux départ: la nouvelle règle fait débat

La disqualification d'Usain Bolt dimanche en finale du 100m a relancé le débat sur la nouvelle règle du faux départ.

Le faux départ d'Usain Bolt.

La disqualification d'Usain Bolt en finale du 100 m dimanche a relancé le débat à Daegu sur la nouvelle règle interdisant tout faux départ. Toute cruelle qu'elle puisse être, elle n'est cependant pas remise en question par la Fédération internationale (IAAF).

«Je pense qu'avoir le droit à un faux départ pour chaque course serait une meilleure règle», a déclaré le médaillé de bronze Kim Collins, espérant que l'IAAF va réexaminer la situation.

«Je ne sais pas quoi dire, c'est incroyable», s'est exclamé le vice-président de l'IAAF Sergeï Bubka. «Si nous avons fait une erreur, nous devrions revenir en arrière. Je suis très ouvert.»

«La nouvelle règle nous tue, j'espère qu'elle sera changée pour les Jeux», a lancé pour sa part le médaillé d'argent Walter Dix.

La réaction officielle de l'IAAF, qui n'a pas tardé via un communiqué, exclut cependant pour l'instant tout retour au règlement précédent qui autorisait un faux départ par épreuve: «Il est important de se rappeler que la crédibilité du sport dépend de ses règles, qui doivent être appliquées avec constance et équité pour tout le monde», écrit la Fédération.

Le clan Bolt acceptait sportivement le verdict: «Je suis naturellement très déçu de ne pas avoir pu défendre mon titre, mais je dois aller de l'avant», a fait savoir le champion, prêt à «courir vite» maintenant sur 200 m et 4 x 100 m.

Haas: «Une bonne chose»

La nouvelle règle, qui a largement fait ses preuves depuis son entrée en vigueur début 2010, garde de nombreux partisans: «La règle est une bonne chose. J'ai été surpris de voir avec quelle vitesse elle a été acceptée et respectée dès ses débuts, y compris chez les jeunes», relève Peter Haas, chef du sport d'élite à Swiss-Athletics.

Le précédent règlement était inique aux yeux de beaucoup: certains sprinters lents au démarrage pouvaient être tentés de provoquer exprès un faux départ afin de mettre la pression sur tout le monde, sachant qu'un prochain faux départ serait automatiquement éliminatoire pour son auteur.

En outre, l'intérêt des télévisions, tenues de respecter des horaires stricts, était de resserrer la marge de manoeuvre. Jusqu'en 2003, il pouvait même y avoir autant de faux départs qu'il y avait d'athlètes (un joker par coureur), d'où parfois des scènes interminables.

«La nouvelle règle est bonne, il y a maintenant beaucoup moins de faux départs qu'avant», estime Pascal Mancini, membre du relais suisse 4 x 100 m. Le Fribourgeois a vu par ailleurs les vidéos et les commentaires circulant sur le web, insinuant que l'auteur du faux départ à Daegu était en réalité Yohan Blake, le futur vainqueur.

Blake semble en effet esquisser un léger mouvement, trop faible pour être perçu par le système électronique, mais suffisant d'après Mancini pour perturber Bolt et l'inciter à partir: «Bolt était focalisé sur Blake, son principal rival. Dès qu'il l'a vu un peu bouger, il est parti.» Le triple recordman du monde était peut-être aussi moins concentré que d'habitude. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!