Genève: Faux gardes-frontière, mais vrais arnaqueurs
Actualisé

GenèveFaux gardes-frontière, mais vrais arnaqueurs

Des escrocs sévissant aux douanes forcent les conducteurs à acheter des cartes pour une œuvre caritative imaginaire.

par
Shahïn Ammane

«J'ai eu le sentiment d'être prise en otage, confie une automobiliste. Trois types ont bloqué ma voiture au passage de la frontière de Veyrier. Ils ont cherché à m'intimider pour que je leur achète une carte postale.» Tous les moyens sont bons pour obtenir les deux euros que coûte le sésame: menaces, insultes et pluie de coups arroseront la voiture des conducteurs récalcitrants. Et tant pis pour les longues files d'attente et les risques liés à la circulation causés par ce manège.

«Il s'agit d'une bande composée de trois à six personnes en provenance de Marseille, avertit le porte-parole des gardes-frontière, Michel Bachar. Ils portent des gilets jaune fluo comme les nôtres, créant ainsi la confusion dans l'esprit des gens. L'argent récolté ne remplira pas les caisse d'une œuvre caritative, mais seulement leurs poches.» En 2007 déjà, des vendeurs ambulants avaient employé des méthodes similaires, à la différence près que les peluches ont été remplacées par des cartes.

Fossard, Veyrier, Mon-Idée, Perly: les arnaqueurs écument les douanes désertes. Ils y font des passages éclairs aux heures de pointe et disparaissent aussitôt l'alarme donnée. «Il leur suffit de passer de l'autre côté de la frontière, lâche le chef de la communication de la police, Eric Grandjean.

Ton opinion