Zurich: Faux sang et ours polaires pour accueillir Trump

Actualisé

ZurichFaux sang et ours polaires pour accueillir Trump

Les Jeunes Verts suisses ont mis en scène un comité d'accueil sordide au moment de l'atterrissage d'Air Force One à l'aéroport de Zurich. Récit d'une expédition.

par
Pauline Rumpf

Le gymnasien lausannois est allé participer à une action militante à l'arrivée de Donald Trump, sur le tarmac de l'aéroport de Zurich.

«Si rien qu'un seul stagiaire de l'équipe de Trump entend parler de notre action, ce sera déjà gagné.» Chez Oleg Gafner, 16 ans et membre du comité des Jeunes Verts suisses, la motivation semble plus forte que l'ambition. Alors que beaucoup ont choisi la force du nombre lors des manifestations de mardi soir, son parti a souhaité faire plus. Une petite équipe d'une dizaine de jeunes écolos de tout le pays s'est levée aux aurores pour signifier son désaccord à la venue en Suisse du président américain.

WEF 2018: la venue de Trump en un clin d'oeil

Le président américain est arrivé le 25 janvier 2018 à Davos pour le WEF.

«On voulait manifester à Davos, mais sous prétexte de neige on n'a pas obtenu l'autorisation, regrette le gymnasien. Alors on a préparé un comité d'accueil pour Air Force One au bout de la piste d'atterrissage.» A Zurich hier, on a donc pu voir des ours polaires, des abeilles et autres pingouins en voie d'extinction, tachés de faux sang, gisant sous une bannière rappelant que «le changement climatique tue». Derrière cette troupe insolite, à 10h18 précises, Air Force One déposait Donald Trump sur le tarmac de l'aéroport.

« Le réchauffement climatique est une réalité, et un président qui le nie n'est pas le bienvenu en Suisse», prévient Oleg. Le Lausannois revendique son idéalisme, critiquant notamment le retrait des Etats-Unis des accords de Paris, et le principe même du Forum Economique de Davos. «Les dirigeants présents au WEF ne font pas assez contre les crises écologiques et sociales qui touchent le monde entier. Alors on proteste.» Coup de chance pour le militant, son excursion tombe le jour de la grève des profs; il ne manquera donc qu'une demi-journée de cours.

Effervescence à Davos

Une dame aimerait lui jeter une pomme, une autre lui fait dédicacer un livre mystique: le président américain Donald Trump a fait jeudi une entrée remarquée dans le Centre des congrès de Davos (GR). Il était attendu par une foule de curieux.

Lire la suite du reportage sur Le Matin.

Ton opinion