Fédérales 07 - La majorité de gauche menacée
Actualisé

Fédérales 07 - La majorité de gauche menacée

A Neuchâtel, la gauche majoritaire depuis 1999 au Conseil national, et depuis 2003 au Conseil des Etats, aura tout à perdre lors des élections fédérales.

La droite paraît s'être ressaisie après les divisions qui lui avaient été fatales en 2003.

Pour l'élection de 2007 au Conseil national, la liste UDC sera apparentée aux deux listes libérales et à la liste radicale, ce qui n'avait pas été le cas en 2003. En outre, le jeu des sous- apparentements à droite inclut la liste du mouvement Ecologie libérale.

Les cinq sièges neuchâtelois au Conseil national sont convoités par 55 candidats, dont 20 femmes, répartis sur douze listes. Le Parti socialiste (PS), avec une liste «homme» et une liste «femme», ainsi que le Parti libéral, avec une liste traditionnelle et une liste «jeunes», présenteront des doubles listes.

Par rapport à l'élection de 2003, quatre listes inédites ont fait leur apparition: celles du Parti démocrate-chrétien (PDC), du mouvement Ecologie libérale, du Parti évangélique neuchâtelois (PEVn), ainsi que du Parti libre et indépendant. Ces formations devraient cependant jouer un rôle mineur lors du scrutin.

Verts menacés

Pour l'élection au Conseil national, les Verts auront pour tête de liste la députée sortante Francine John-Calame (Verts/NE). Celle- ci admet qu'elle n'aura pas la tâche facile, compte tenu du charisme de son prédécesseur Fernand Cuche (Verts/NE), dont elle a repris le siège à Berne en cours de législature.

La droite libérale-radicale estime, elle aussi, que la représentante des Verts est le maillon faible de la députation sortante. Elle compte ainsi sur les stratégies d'apparentement avec l'UDC et de sous-apparentement avec Ecologie libérale pour reconquérir le terrain perdu en 2003 et 1999.

Cinq députés

Les sortants au Conseil national sont deux PS (Didier Berberat et Valérie Garbani), un Vert (Francine John-Calame), un UDC (Yvan Perrin) et un radical (Didier Burkhalter). Les cinq députés sortants sollicitent un nouveau mandat.

Didier Burkhalter et Yvan Perrin sont également en lice pour l'élection au Conseil des Etats, qui mettra aux prises treize candidats répartis sur huit listes. Le premier formera un ticket libéral-radical avec la conseillère d'Etat Sylvie Perrinjaquet.

PS visé

Les deux candidats de la droite classique tenteront de mettre en échec la liste du PS, laquelle comporte les noms des deux députés sortants, Gisèle Ory et Pierre Bonhôte. Neuchâtel est en effet l'unique canton suisse représenté par deux socialistes à la Chambre des cantons.

De son côté, Yvan Perrin (UDC/NE) semble en mesure de troubler le jeu de l'élection au Conseil des Etats. Il en va de même du populaire président de la Ville du Locle, Denis de La Reussille, candidat du POP, qui va sans aucun doute provoquer une dispersion des voix de gauche.

Droite battue en 2005

Tout semble ainsi programmé pour que l'élection au Conseil des Etats se joue lors d'un second tour, prévu le 11 novembre. En novembre 2005, une élection complémentaire à la Chambre des cantons n'avait pas permis à la droite de reconquérir le siège de Michèle Berger-Wildhaber (PRD/NE), perdu en 2003.

La victoire avait souri finalement au socialiste Pierre Bonhôte (PS/NE), qui avait obtenu 52,7% des voix. Le candidat unique de la droite, le libéral Philippe Bauer, était resté en rade avec seulement 43,8% des suffrages. (ats)

Ton opinion