Swiss Indoors: Federer face à Djokovic et Murray
Actualisé

Swiss IndoorsFederer face à Djokovic et Murray

Les Swiss Indoors présenteront à partir de lundi à Bâle tout simplement la plus belle édition de leur histoire. La lutte opposant 3 des 4 meilleurs joueurs du monde sera somptueuse.

Roger Federer aura fort à faire, chez lui à Bâle, face à Djokovic et Murray.

Roger Federer aura fort à faire, chez lui à Bâle, face à Djokovic et Murray.

Les Swiss Indoors présenteront à partir de lundi à la Halle St-Jacques tout simplement la plus belle édition de leur histoire.

L'annonce jeudi de la présence d'Andy Murray change toute la donne. Elle confère une dimension nouvelle aux Swiss Indoors, qui est de très loin le plus relevé des onze tournois ATP 500 du calendrier. Dominateurs du Circuit ces dernières années avec Rafael Nadal, Djokovic (ATP 1), Murray (ATP 3) et Federer (ATP 4) «pèsent» à eux trois 116 titres, 32 finales du Grand Chelem et 113 millions de dollars de gains !

Depuis trois ans, le tournoi tournait autour du duel entre Roger Federer et Novak Djokovic, avec deux titres pour le Bâlois et un pour le Serbe. Pour remporter une cinquième couronne dans «son» tournoi, Roger Federer devra, si la logique est respectée, battre Murray et Djokovic. De retour aux affaires après sa terrible désillusion de l'US Open et ses deux victoires en simple à Sydney en Coupe Davis, Roger Federer entend frapper un grand coup à Bâle. Il est temps pour lui de gagner à nouveau un tournoi après bientôt dix mois de disette. On rappellera qu'il n'a conquis qu'un seul titre cette année, en janvier à Doha.

Le danger viendra de partout

Avant de retrouver Murray et Djokovic dans sa ligne de mire, Roger Federer devra serrer sa garde. Dans un tableau aussi relevé, le danger viendra de partout et peut-être déjà lors de son premier tour programmé lundi en fin d'après-midi. Un Stanislas Wawrinka (ATP 19), un Jürgen Melzer (ATP 25) ou un Marco Baghdatis (ATP 59) pourraient se dresser sur sa route. Affronter l'un de ses trois joueurs dans un match de rentrée n'aura rien d'une formalité.

Le constat vaut aussi pour Novak Djokovic, le grand dominateur de l'année, qui, comme Federer, n'a plus joué depuis la mi-septembre. Tomas Berdych (ATP 7), Janko Tipsarevic (ATP 13), Viktor Troicki (ATP 17), Mardy Fish (ATP 8) et peut-être un Andy Roddick (ATP 14) qui assure retrouver un niveau de jeu décent sont capables, eux aussi, de brouiller les cartes.

En posant son sac à Bâle avec ses trois récents succès à Bangkok, Tokyo et Shanghaï - il reste sur une série de quinze matches sans défaite -, Andy Murray se profile bien comme le favori de ce tournoi en raison des doutes sur le degré de forme exact de Federer et de Djokovic. C'est sans doute cette intime conviction de surfer sur une vague gagnante qui a incité l'Ecossais à demander une wild-card.

Chiudinelli «destitué»

La présence de Murray a fait une victime en la personne de Marco Chiudinelli. Après une discussion avec Roger Brennwald, le directeur du tournoi, le Bâlois a accepté de rendre la wild card qui lui avait été promise. Les deux autres ont été délivrées à l'Américain Donald Young (ATP 43), finaliste à Bangkok face à Murray, et au Japonais Kei Nishikori (ATP 31), demi-finaliste à Shanghaï dont le pouvoir d'attraction auprès des télévisions asiatiques est immense.

Demi-finaliste en 2009 face à Roger Federer, Marco Chiudinelli devra passer par les qualifications à moins que les organisateurs n'enregistrent deux forfaits de dernière minute qui permettraient à Nishikori d'intégrer le tableau final à la faveur de son classement. (ats)

Ton opinion