Tennis - Masters : Federer grille son joker
Actualisé

Tennis - Masters Federer grille son joker

Le Bâlois avait tout pour bien faire, mais a perdu son premier match dans le Masters, mardi à Londres face à Djokovic.

par
Gregory Beaud
Londres

Depuis des semaines, Roger Federer ne cesse de dire qu'il est tout proche de battre les meilleurs. Que cela se joue à de menus détails. Le déroulement de la première manche ne peut que lui donner raison, tant il est capable de hausser son niveau. Alors qu'il était au bénéfice d'une balle de set, le Bâlois a vu son passing terminer à un souffle de la ligne. Quelques instants plus tard, Novak Djokovic, lui, profitait d'un moment d'égarement de «RF» pour rafler le set. Trois coups droits complètement ratés ont fait état du degré de frustration d'un Roger Federer «à ça» de virer en tête.

Après avoir gagné le set intermédiaire, le Bâlois pouvait croire que ce Masters serait le déclic après lequel il court depuis longtemps. Espoir de courte durée, après qu'une entame de 3e set désastreuse l'a sitôt fait redescendre sur terre. Pour son entrée en lice, Federer est resté fidèle au Federer millésime 2013: «Tout proche de battre les meilleurs.» Mais il n'y est toujours pas arrivé.

Certes, il a battu un Juan Martin Del Potro fatigué à Paris, mais le match face au No 2 mondial constituait l'occasion rêvée de transmettre un signal plus fort. C'est peu dire qu'il n'est pas passé loin. En 3' durant la première manche, il avait cependant presque laissé filer tout espoir. Ne s'est-il pas à chaque fois incliné face à «Nole» après avoir perdu le set initial? Demain, face à Richard Gasquet, il obtiendra une autre chance de titiller un joueur du Top 10. Mais rien à voir avec le retentissement d'un succès sur Djokovic et le surplus de confiance qu'une victoire hier lui aurait apporté.

Maladresses

Novak Djokovic a gagné le 1er set sur sa 2e balle de break, après avoir éteint un incendie juste avant. Après une entame de deuxième manche compliquée – deux balles de break à sauver – Roger Federer a fini par faire douter «Nole». Au cours d’une séquence curieuse, Federer et Djokovic ont chacun ravi deux fois le service de l’autre. Sans se montrer brillants, ils ont su exploiter les moments de faiblesses adverses. Lors du tie-break, c’est Federer qui s’est montré le moins maladroit. Las, le Bâlois a été breaké blanc dès le 1er jeu du set final et ne s’en est jamais remis pour perdre la manche 6-2.

Ton opinion