Actualisé 14.09.2012 à 21:22

Coupe Davis

Federer offre un premier point à la Suisse

Dans des conditions atmosphériques difficiles, Roger a vaincu Thiemo de Bakker sans coup férir (6-3 6-4 6-4). La Suisse mène 1-0 face aux Pays-Bas dans le barrage de promotion/relégation de Coupe Davis.

de
Robin Carrel, Amsterdam

Sous les bourrasques du court provisoire de la banlieue amstellodamoise, le Bâlois a battu le 159e joueur mondial en un peu moins de deux heures. Il n'a jamais vraiment été inquiété par un Néerlandais encore bien loin du niveau qui l'avait vu atteindre furtivement le top 40 de l'ATP en juillet 2010. Féru de balles amorties en tous genres, le natif de la Haye est apparu bien trop friable sur son revers pour espérer faire mieux que de la résistance.

Roger Federer a quant à lui montré une nouvelle fois sa capacité d'adaptation. Sur une terre battue rendue lourde par le crachin, il n'a jamais forcé son talent et a fait la décision tôt dans chaque manche. Il s'est emparé du service adverse dès le quatrième jeu du premier set, qu'il a finalement bouclé en 39 minutes. Rebelote lors de la deuxième levée. Le «Maître» s'est offert d'entrée deux services d'avance, avant de gérer son avantage. Lors de l'ultime manche, il a fait la différence décisive à 2-2.

La volonté des organisateurs bataves de faire jouer cette rencontre en extérieur à cette époque de l'année est tout de même étonnante. Dès l'hymne national suisse, lors de la cérémonie d'ouverture, ils ont été contraints de ranger l'écran géant de l'enceinte en raison du vent. Federer et de Bakker ont ensuite été interrompus au troisième jeu de la partie, une averse plus prononcées que les autres ayant détrempé le court plus que de raison.

C'est désormais au tour de Stanislas Wawrinka de faire régner la logique. Face à Robin Haase (ATP 50), le No 1 néerlandais, le Vaudois peut donner un deuxième point lourd de conséquences à la troupe de Severin Lüthi. «Stan» ne devrait pas faire face à une grosse pression de la part du public local. Était-ce l'heure précoce (11h) du début des hostilités, le froid ou alors le manque de bière ? Toujours est-il que les fans «oranje» ont plus admiré Federer que porté leur poulain vers un hypothétique succès.

Coupe Davis. Groupe mondial. Demi-finales:

A Gijon (terre battue): Espagne - Etats-Unis 2-0. David Ferrer - Sam Querrey 4-6 6-2 6-2 6-4. Nicolas Almagro - John Isner 6-4 4-6 6-4 3-6 7-5.

A Buenos Aires (terre battue): Argentine - République tchèque 1-1. Juan Martin Del Potro (Arg) - Radek Stepanek (Tch) 6-4 6-4 6-2. Juan Monaco - Tomas Berdych 1-6 6-4 6-1 4-6 4-6.

Barrage de promotion-relégation dans le groupe mondial. 1re division:

A Amsterdam (terre battue): Pays-Bas - Suisse 0-2. Thiemo de Bakker - Roger Federer 3-6 4-6 4-6. Robin Haase - Stanislas Wawrinka 3-6 6-3 3-6 6-7 (4/7).

A Hambourg (terre battue): Allemagne - Australie 1-1. Cedric-Marcel Stebe - Bernard Tomic 6-2 3-6 4-6 6-7 (4/7). Florian Mayer - Lleyton Hewitt 7-5 6-3 6-2.

A Rio Preto (terre battue): Brésil - Russie 1-0. Rogerio Dutra bat Igor Adreev 6-2, 6-1 et abandon (blessé à une épaule)

A Bruxelles (terre battue): Belgique - Suède 2-0. Steve Darcis - Michael Ryderstedt 6-3 7-6 (7/3) 6-0. David Goffin - Andreas Vinciguerra 6-4 6-3 7-5.

A Naples (terre battue): Italie - Chili 1-0. Andreas Seppi bat Guillermo Hormazabal 7-5 6-1 6-2. Fabio Fognini - Paul Capdeville 2-6 6-2 6-7 (6/8) 6-1 1-1, interrompu en raison de l'obscurité.

A Astana (indoor/terre battue): Kazakhstan - Ouzbekistan 1-1. Evgeni Korolev - Denis Istomin 3-6 6-4 2-6 6-0 3-6. Mikhail Kukuchkin bat Farruch Dustov 6-2 6-4 3-6 7-6 (7/5).

A Tokyo (dur): Japon - Israël 1-1. Go Soeda bat Dudi Sela 6-2 6-4 3-6 6-4. Tatsuma Ito - Amir Weintraub 3-6 2-6 4-6.

A Montréal (dur): Canada - Afrique du Sud 1-0. Vasek Pospisil - Izak Van Der Merwe 6-3 6-4 6-4.

Roger Federer

«Sur le circuit, on n'aurait jamais commencé un match dans de telles conditions. Mais là, avec Thiemo, on a décidé d'y aller juste après la cérémonie pour les fans présents et la télévision. Sur la terre battue, tu peux jouer s'il ne pleut pas trop fort... On a eu de la chance, ensuite, qu'il n'y ait eu qu'une seule interruption. C'était compliqué, mais je crois que j'ai fait un bon match. J'ai essayé d'être agressif, mais quand il fait un temps pareil, il faut savoir trouver le juste milieu.»

Thiemo de Bakker

«J'étais un peu impressionné au début. C'est étonnant comme Roger arrive à jouer dans des conditions aussi difficiles. J'ai tout de même essayé de développer mon jeu et au final, je suis assez fier de ma prestation malgré la défaite.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!