Actualisé 17.09.2019 à 07:26

Tennis

Federer: «On mange tous ensemble un soir»

À trois jours du début de la Laver Cup à Genève, le Bâlois évoque sa recette pour souder le Team Europe.

de
Mathieu Aeschmann, Genève

C'est le slogan et tout l'attrait de la Laver Cup, dont la troisième édition s'ouvre vendredi à Palexpo: durant trois jours, les plus grands rivaux du tennis y deviennent coéquipiers. Avec Nadal, Federer, Thiem, Zverev et Tsitsipas, l'Europe réunit ainsi cette année cinq des sept meilleurs mondiaux. Comment transformer les rivalités en camaraderie, l'opposition historique en soutien indéfectible? À peine arrivé à Genève, Roger Federer a livré sa recette.

«Un soir dans la semaine, nous mangeons tous ensemble, avec un seul accompagnant autorisé par joueur. Je milite pour que les gars ne soient pas noyés au milieu de leur staff. Si l'on reste entre nous, la discussion va prendre des contours différents. À Prague et à Chicago, cette soirée était très réussie.» Un moment presque intime qui trouve ensuite son relais numérique. «On crée chaque année un groupe WhatsApp, le plus souvent pour échanger des infos sérieuses. Mais chacun y va aussi de son petit gag de temps en temps.»

Intéressante pour le public par son format unique, la Laver Cup s'offre aussi comme une somme d'informations pour des joueurs amenés à se côtoyer différemment. «Avec Rafa, j'ai été fasciné par le niveau d'intensité qu'il s'impose mais aussi par sa faculté à très vite se relâcher, poursuit le Bâlois. C'est un formidable joueur d'équipe qui ne demande qu'une chose: ses heures d'entraînement. À Prague, il est allé faire des retours de service à 6 h du matin…» Une autre recette du succès.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!