Actualisé 07.07.2016 à 11:33

TennisFederer passe l'épreuve du feu à Wimbledon

Le Bâlois subira un test majeur vendredi en demi-finale à Wimbledon face à Milos Raonic.

1 / 39
Roger Federer, contrairement à certaines informations ayant circulé ces derniers jours, ne jouera pas en Inde le week-end-prochain. Il fera bien son retour le 2 janvier, dans le cadre de la Hopman Cup (épreuve mixte) à Perth Australie, aux côtés de Belinda Bencic. (Mardi 6 décembre 2016)

Roger Federer, contrairement à certaines informations ayant circulé ces derniers jours, ne jouera pas en Inde le week-end-prochain. Il fera bien son retour le 2 janvier, dans le cadre de la Hopman Cup (épreuve mixte) à Perth Australie, aux côtés de Belinda Bencic. (Mardi 6 décembre 2016)

AFP
Coup de théâtre: Roger Federer a annoncé qu'il mettait un terme à sa saison 2016. Il ne disputera donc ni les Jeux de Rio, ni l'US Open ou encore le Masters. En cause: sa blessure au genou, qui date du début de l'année, et qui n'est pas encore remise. (26 juillet 2016)

Coup de théâtre: Roger Federer a annoncé qu'il mettait un terme à sa saison 2016. Il ne disputera donc ni les Jeux de Rio, ni l'US Open ou encore le Masters. En cause: sa blessure au genou, qui date du début de l'année, et qui n'est pas encore remise. (26 juillet 2016)

kein Anbieter
Roger Federer va jouer la Hopman Cup avec Belinda Bencic, au début janvier 2017, à Perth, en Australie. (Jeudi 21 juillet 2016)

Roger Federer va jouer la Hopman Cup avec Belinda Bencic, au début janvier 2017, à Perth, en Australie. (Jeudi 21 juillet 2016)

kein Anbieter/AP

L'extraordinaire bataille livrée mercredi face à Marin Cilic doit être vite oubliée. Roger Federer est à deux succès d'un 18e titre en Grand Chelem devenu quasi inespéré. Le no 3 mondial subira un nouveau test majeur vendredi en demi-finale à Wimbledon face au bombardier Milos Raonic (no 6).

Privé de trophée majeur depuis son septième sacre à Wimbledon en 2012, le Bâlois (35 ans le 8 août) mène 9-2 dans son face-à-face avec le Canadien (25 ans), qu'il avait aisément battu (6-4 6-4 6-4) en demi-finale sur le gazon de Church Road en 2014. Milos Raonic a cependant fêté ses deux succès au cours de leurs cinq derniers affrontements, soit après ce duel londonien. Le natif de Podgorica au Montenegro a même remporté leur plus récent match, dominant nettement les débats en finale à Brisbane en janvier dernier (6-4 6-4).

Cinq manches

Milos Raonic a d'ailleurs franchi un nouveau cap cette année. Il a ainsi manqué de peu sa première finale de Grand Chelem à l'Open d'Australie, ne s'inclinant qu'en cinq manches face à Andy Murray après avoir mené deux sets à un. Egalement finaliste cette saison à Indian Wells et au Queen's - une première pour lui sur herbe -, quart de finaliste sur la terre battue de Monte-Carlo et sur celle de Madrid, il n'est désormais plus seulement un «simple» grand serveur doté d'un gros coup droit.

Sous la houlette de Carlos Moya, Milos Raonic est devenu bien plus solide en fond de court. Notamment dans son jeu de défense, et spécifiquement sur son côté revers, un coup qu'il maîtrise désormais bien mieux qu'il y a deux ans. Le Canadien, qui bénéficie en outre des précieux conseils de John McEnroe pour cette saison sur gazon, n'a d'ailleurs pas caché ses ambitions après son succès face à Sam Querrey (no 28) en quart de finale. Cette place de demi-finaliste ne le satisfera pas. Il vise le titre à Church Road. Des précédents qui font rêver

Ce titre, Roger Federer en rêve. Battu par Novak Djokovic en 2014 comme en 2015 en finale à Wimbledon, il est débarrassé de son «bourreau» serbe depuis quelques jours déjà. Comme en 2009 à Roland-Garros, lorsqu'il avait profité de l'élimination prématurée du grandissime favori Rafael Nadal pour cueillir son unique titre sur la terre battue parisienne, le Bâlois sait qu'une opportunité peut-être unique s'offre à lui.

Le Bâlois avait souffert avant de pouvoir soulever la Coupe des Mousquetaires, se retrouvant notamment mené deux sets à zéro par Tommy Haas en 8e de finale. Il avait également souffert trois ans plus tard à Wimbledon, remontant là aussi un handicap de deux sets en cours de route (face à Julien Benneteau au 3e tour) avant de savourer son septième sacre londonien.

Mercredi, Roger Federer a une nouvelle fois prouvé qu'il demeurait un combattant extraordinaire, mû par un amour indéfectible de son sport. Le fait d'être sorti vainqueur d'un tel combat (Marin Cilic a mené deux sets à zéro et a eu trois ballles de match) ne lui offre cependant aucune garantie. Il n'avait ainsi pas digéré son précédent «comeback», réalisé en quart de finale de l'US Open 2014 face à Gaël Monfils (qui avait mené deux manches à zéro et manqué deux balles de match). Il s'était incliné sèchement en demi-finale face à... Marin Cilic, alors que Novak Djokovic venait de subir la loi de Kei Nishikori.

10 sur 10 en demi-finale à Wimbledon

De plus en plus confiant au fil des victoires, «RF» sait parfaitement ce qu'il devra faire pour que son rêve se poursuive. Bien servir et bien retourner seront les clés de cette demi-finale. Le Bâlois devra se montrer agressif sur les deuxièmes balles de service de Milos Raonic, ce que Marin Cilic avait parfaitement réussi pendant les quatre premiers sets mais que lui-même avait tardé à faire. Maîtriser la diagonale des revers - un coup qui lui a causé bien des tourments en quart - sera également primordial. Et il devra se montrer conquérant d'entrée de jeu, un deuxième «comeback» consécutif semblant irréaliste.

Sa tâche s'annonce difficile. Mais Wimbledon et son gazon, sur lequel tout avait débuté 15 ans plus tôt avec ce 8e de finale gagné en cinq sets face au quadruple tenant du trophée Pete Sampras, demeurent son jardin. Roger Federer s'y amuse comme un junior, prenant un malin plaisir à «torturer» ses adversaires avec ce jeu d'attaque inspiré et ce slice de revers assassin. Il ne s'y est jamais incliné au stade des demi-finales - en dix apparitions -, et n'y a jamais subi la loi des très grands serveurs comme Andy Roddick (finales de 2004, 2005 et 2009), Ivo Karlovic, Sam Groth ou Milos Raonic. Ce n'est pas un hasard. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!