Actualisé

Seizième titre en Grand ChelemFederer remporte une quatrième fois l'Open d'Australie

Roger Federer vient de battre Andy Murray en finale de l'Open d'Australie en 3 sets, au terme d'un tie-break remporté 13-11 dans l'ultime manche!

Fred Perry n'a toujours pas de successeur ! Comme à New York en septembre 2008, Roger Federer a fermé la porte à Andy Murray. Battu 6-3 6-4 7-6 (13/11) en finale de l'Open d'Australie, l'Ecossais n'a toujours pas effacé les 74 ans d'insuccès du tennis britannique en Grand Chelem.

Plus fort que jamais, Roger Federer a remporté à Melbourne son seizième titre majeur, son quatrième en Australie. Il a ajouté une page de plus à sa légende en gagnant sur sa troisième balle de match après 2 h 41' de jeu. Déjà considéré comme le meilleur joueur de tous les temps après sa sixième victoire à Wimbledon en juin dernier, le Bâlois lance, avec ce triomphe en Australie, un message clair: son trône n'est toujours pas vacant.

Un petit chef d'oeuvre

Premier père de famille à remporter un titre du Grand Chelem depuis Andre Agassi en 2003, Roger Federer a réussi un petit chef d'oeuvre devant Andy Murray. Un peu contre toute attente, il a pris très aisément la mesure du jeu de l'Ecossais. Formidable contreur, Murray a été, comme bien d'autres avant lui, désarçonné par la variété du tennis de Federer qui possède avec son slice l'arme absolue pour «tenir» l'échange.

Après deux premiers sets sans histoire, Roger Federer est revenu de très loin dans la troisième manche. Murray a, en effet, servi pour le gain du set à 5-3 avant de se procurer cinq balles de set dans le jeu décisif. Son refus parfois inexplicable de faire le pas en avant pour conclure un échange qu'il dominait lui a coûté très cher dans ce tie-break. A 12-11, c'est lui qui craquait en commettant une faute directe en revers.

Gagner le troisième set n'aurait très certainement procuré qu'un sursis à Andy Murray. Maître de son sujet, Roger Federer possédait une très grande marge sur son adversaire. Ces derniers jours, il avait rappelé qu'il ne considérait pas Murray comme sa «bête noire» malgré ses six défaites en dix rencontres dans leur face-à-face avant cette finale. Le plus souvent, il n'avait pas été, disait-il, en pleine possession de ses moyens à l'heure d'affronter l'Ecossais. Le scénario du match de Melbourne donne raison au Bâlois: Murray ne bénéficiait vraiment d'aucun ascendant psychologique au moment d'engager le fer.

Un nouveau record qui va tomber

Avec ses 28 ans et demi, Roger Federer a toujours l'avenir devant lui. La fluidité d'un jeu sans cesse tourné vers l'offensive lui assure de conserver la main pendant encore de longs mois. Sa faculté de «lire» le jeu de l'adversaire est l'une de ses autres grandes forces. Parler de génie n'est pas usurpé. Mais où s'arrêtera-t-il ?

En gagnant à Melbourne, Roger Federer a, bien sûr, consolidé sa place de no 1 mondial. Avec 11 350 points, il devance désormais Novak Djokovic de 3040 points (8310), Andy Murray de 3550 points (7800) et Rafael Nadal 3680 points (7670). Des écarts conséquents si l'on précise qu'une victoire dans un tournoi du Grand Chelem rapporte 2000 points.

Le Bâlois égale ce lundi les 268 semaines de Jimmy Connors en tant que no 1 mondial. Il n'est plus qu'à dix-huit semaines du record de Pete Sampras (286 semaines) auquel il attache une très grande importance. Avec son rival le plus dangereux - Rafael Nadal - sur le flanc, la conquête de cette nouvelle cime apparaît comme une évidence. (si)

Roger Federer repousse encore les limites

Federer a encore repoussé les limites en portant à seize le record de victoires en Grand Chelem à l'Open d'Australie dimanche, un de ses nombreux records, dont voici un échantillon.

4. En remportant son quatrième Open d'Australie, Federer rejoint Jack Crawford, Ken Rosewall et Andre Agassi au palmarès du tournoi. Roy Emerson détient le record avec six succès.

16. Le nombre de tournois du Grand Chelem remportés par Roger Federer, exploit unique. Sampras, en avait gagné 14.

22. Personne n'a disputé autant de finales de «majors» que Federer qui en compte désormais trois de plus qu'Ivan Lendl. A ce stade, seul Rafael Nadal (cinq fois) et Juan Martin Del Potro (une fois) l'ont battu. Tous les autres ont connu la défaite: Mark Philippoussis, Marat Safin, Andy Roddick (quatre fois), Lleyton Hewitt, Andre Agassi, Marcos Baghdatis, Fernando Gonzalez, Novak Djokovic, Robin Soderling et Andy Murray, à deux reprises.

23. Le nombre de demi-finales consécutives de Grand Chelem. Aucun joueur de toute l'histoire du tennis n'avait jamais dépassé les dix demi-finales de suite. Le dernier à l'avoir éliminé avant dans un tournoi majeur est Gustavo Kuerten, à Roland-Garros en 2004.

40. Federer a remporté à Melbourne son 40e tournoi sur dur. Seul Agassi a fait mieux, avec 46 titres.

41. Federer a disputé à l'Open d'Australie son 41éme tournoi du Grand Chelem de suite. Dans l'ère Open, seul le Français Fabrice Santoro a fait mieux avec 46 apparitions. Federer souligne que pour gagner il faut déjà participer. Etre rarement blessé constitue l'une des clés de sa formidable réussite.

62. Federer a désormais gagné autant de tournois que Guillermo Vilas. Jimmy Connors (107), Ivan Lendl (94) et John McEnroe (77) sont encore loin. Mais Björn Borg (63) est à portée de main.

268. Federer entamera lundi sa 268e semaine en tant que N.1 mondial pour égaler Jimmy Connors en troisième position. Le record appartient toujours à Pete Sampras avec 286 semaines. Pour combien de temps? Sampras a encore un peu plus de quatre mois d'avance.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!