Tennis: Federer: «Une question de mental»
Actualisé

TennisFederer: «Une question de mental»

«Je suis heureux d'avoir pu battre aussi facilement la chaleur cet après-midi!» Roger Federer ne s'est pas trompé d'adversaire lors du premier tour de l'Open d'Australie.

Ce n'était pas le modeste Australien James Duckworth (ATP 133) qu'il devait craindre mais bien le thermomètre.

Avec une température de 42 degrés, le Bâlois a trouvé des conditions similaires à celles qu'il peut rencontrer à son camp de base de Dubaï à la fin septembre. «Le mental joue beaucoup, assure-t-il. Il faut vous convaincre d'être capable de jouer sous cette chaleur. Si vous ne l'êtes pas, il ne vous reste plus qu'à jeter l'éponge.»

A l'image de Radek Stepanek (ATP 44) qui aurait pu être son adversaire au deuxième tour. Le Tchèque a abandonné face au Slovène Blaz Kavcic (ATP 99) alors qu'il menait encore deux manches à une. Trois autres joueurs ont également crié pouce: John Isner (no 13), l'Allemand Julian Reister (ATP 88) et le Néerlandais Robin Haase (ATP 45).

«Aujourd'hui, si vous posiez deux oeufs sur le court, vous aviez une omelette», lâche Jo-Wilfried Tsonga qui s'est également imposé en trois sets, contre l'Italien Filippo Volandri (ATP 70). Malgré la canicule, Roger Federer n'est pas un partisan de la fermeture du toit de la Rod Laver Arena. «Je pense que l'on devrait toujours garder le toit ouvert, glisse-t-il. C'est une question d'honnêteté.»

Edberg et un nouveau record

La chaleur ne sera pas l'unique raison pour laquelle ce match contre Duckworth fera date. La partie a marqué, on le sait, le début de la collaboration avec Stefan Edberg. Arrivé dans la nuit de dimanche à lundi, le Suédois était bien présent dans le box du Bâlois. «Il veut voir beaucoup de matches en live pour bien trouver ses marques, précise Roger Federer. On ne voit pas tout à la télévision !»

L'autre raison est bien sûr ce fabuleux record de 57 tournois du Grand Chelem disputés à la suite. Cette série unique avait débuté en 2000 ici même à Melbourne où le Bâlois avait battu Michael Chang au premier tour. Cette série s'écrit depuis mardi sur 300 matches, dont 261 gagnés. «Il y a vingt ans, établir un tel record était bien plus difficile dans la mesure où de nombreux joueurs faisaient l'impasse sur cet Open d'Australie», remarque justement Roger Federer qui devance désormais le Sud-Africain Wayne Ferreira et ses 56 tournois de rang. Mais ne pas rater un seul grand rendez-vous depuis quatorze ans relève de la gageure.

«C'était Koh-Lanta»

Stefanie Voegele (WTA 46) est également parvenue à supporter la canicule. L'Argovienne a battu 7-5 7-5 la Française Kristina Mladenovic (WTA 55) pour marquer son territoire avant le France - Suisse de Fed Cup à Paris-Coubertin le mois prochain. Quart de finaliste il y a deux semaines à Brisbane, elle a su parfaitement gérer le «money time» dans ce match. Il est vrai que la Française n'a pas vraiment supporté la chaleur. «C'était Koh-Lanta!», lâchait-elle dépitée.

Jeudi face à Dominika Cibulkova (no 20), Stefanie Voegele aura une belle carte à jouer. Même si la Slovaque l'a battu deux fois lors de leurs deux affrontements à ce jour, la protégée d'Ivo Werner, sur sa lancée de Brisbane, peut gagner. «Il s'agira d'un autre match que face à Mladenovic, explique-t-elle. La Française est une attaquante, la Slovaque en revanche une joueuse qui mise énormément sur sa vivacité et sur sa régularité.» Elle avait deux jours pour trouver une solution à ce problème. Si elle s'impose, elle accédera pour la deuxième fois au stade des seizièmes de finale d'un tournoi du Grand Chelem après Roland-Garros l'an dernier où elle avait été battue par Maria Kirilenko. (ats)

Tomic abandonne devant Nadal

Le drapeau australien est déjà en berne. Le rêve un peu fou de voir Bernard Tomic et Lleyton Hewitt déjouer tous les pronostics s'est envolé.

Deux heures seulement après la défaite mortifiante de Lleyton Hewitt (ATP 43) devant Andreas Seppi (no 24), Bernard Tomic (ATP 57) a été contraint à l'abandon devant Rafael Nadal. Touché aux adducteurs, le joueur de la Gold Coast s'est retiré alors que le no 1 mondial venait de remporter le premier set 6-4. Il avait signé le break à 4-4 face à un adversaire qui ne pouvait visiblement plus donner sa pleine mesure. Tomic a sans doute payé les efforts fournis les jours précédents à Sydney où il avait atteint la finale de l'Open de la Nouvelle Galles du Sud.

Annoncé comme celui de tous les dangers, ce premier tour a permis à Rafael Nadal d'économiser ses forces. Jeudi, le Majorquin rencontrera à nouveau un Australien, l'espoir de 17 ans Thanasi Kokkinakis (ATP 570) qui a provoqué la surprise en battant 7-6 0-6 7-6 6-2 le Néerlandais Igor Sijsling (ATP 73). Ce deuxième tour permettra à Nadal de régler la mire avant de retrouver en seizième de finale Gaël Monfils (no 25), un homme qui est toujours une véritable menace.

Ton opinion