Roger Federer: Federer vise au moins une demie à Stuttgart
Actualisé

Roger FedererFederer vise au moins une demie à Stuttgart

Contraint à une pause d'un mois, le Bâlois entame la deuxième moitié de la saison sur le gazon de Stuttgart.

1 / 25
Roger Federer, s'entraîne à Wimbledon à la veille de son premier match.

Roger Federer, s'entraîne à Wimbledon à la veille de son premier match.

Keystone
Trois semaines après l'annonce de son forfait pour Roland-Garros, Roger Federer a fait son retour à la compétition. Su le gazon du tournoi de Stuttgart, il s'est imposé, un peu laborieusement tout de même (6-4 5-7 6-4) face à l'espoir américain Taylor Fritz. (9 juin 2016)

Trois semaines après l'annonce de son forfait pour Roland-Garros, Roger Federer a fait son retour à la compétition. Su le gazon du tournoi de Stuttgart, il s'est imposé, un peu laborieusement tout de même (6-4 5-7 6-4) face à l'espoir américain Taylor Fritz. (9 juin 2016)

Keystone/EPA
Lors de ce match contre Taylor Fritz à Stuttgart, le Bâlois s'est payé une belle gamelle. (9 juin 2016)

Lors de ce match contre Taylor Fritz à Stuttgart, le Bâlois s'est payé une belle gamelle. (9 juin 2016)

AFP

A Stuttgart, on se pince pour y croire. Cela fait depuis 2001 que Roger Federer n'avait pas participé au tournoi dans la cité souabe. A l'époque, on jouait en indoor et l'homme aux 17 titres du Grand Chelem n'était qu'un post-adolescent au talent certain. Alors pour le premier entraînement, les Allemands se sont massés près des grilles pour apercevoir le Maître taper des balles avec Philipp Kohlschreiber.

Lorsque Federer entre dans un tournoi, il espère le quitter avec le trophée. Surtout sur le gazon, sa surface fétiche. Mais cette année, tout n'est pas allé comme il le souhaitait sur le plan physique. A bientôt 35 ans, le numéro 3 mondial a connu «une année difficile». Si bien que le tournoi allemand n'est que son cinquième de l'année. «Et je n'ai pu jouer normalement que dans un seul de ces cinq», précise-t-il.

Après l'Open d'Australie, il s'est fait opérer du ménisque. Le comeback prévu à Miami a dû être remis à plus tard en raison d'une grippe. A Madrid et à Roland-Garros, c'est son dos qui l'a forcé à renoncer. Il estime qu'il aurait pu passer un ou deux tours à Paris, mais que le risque était trop important. De fait, son forfait parisien a mis fin à 65 participations de suite dans des tournois du Grand Chelem.

Pluie en Suisse

En privilégiant sa santé, Federer sait qu'il a eu raison: «C'était important de prendre un peu de temps.» Il a ainsi pu passer de beaux moments avec ses enfants et s'entraîner physiquement de manière intensive. Il n'a retouché sa raquette que la semaine dernière. Les conditions météorologiques désastreuses et l'absence de courts avec du gazon en Suisse ont retardé le processus. Heureusement, c'est le soleil qui l'a accueilli à Stuttgart.

Pour le Bâlois, il était essentiel d'être au top physiquement et mentalement. Quant à savoir s'il est prêt à gagner tous ses duels, il faudra voir comment répond la machine. «Pour moi, une bonne semaine serait synonyme d'une bonne santé physique durant les matches et d'une demi-finale, avance Federer. Le rêve serait de remporter le tournoi.» Au bénéfice d'un bye, le numéro 3 mondial en découdra mercredi avec le jeune Américain Taylor Fritz (ATP 65) ou le Français issu des qualifications et spécialiste de double Fabrice Martin.

En cas de succès, Federer signerait son 1071 succès sur le circuit pro. Il devancerait ainsi Ivan Lendl et n'aurait plus que Jimmy Connors et ses 1256 victoires devant lui. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion