Suisse: Fedpol contribue à la sécurité des minorités menacées
Actualisé

SuisseFedpol contribue à la sécurité des minorités menacées

Un demi-million de francs a été versé à des projets visant à protéger les minorités de Suisse telles que les juifs ou les musulmans. Toutes les demandes n’ont pas pu être satisfaites.

1 / 1
C'est la première année que Fedpol soutient financièrement des projets pour mieux protéger des minorités en Suisse, comme les synagogues (photo d'illustration).

C'est la première année que Fedpol soutient financièrement des projets pour mieux protéger des minorités en Suisse, comme les synagogues (photo d'illustration).

KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS

L'Office fédéral de la police (Fedpol) a versé 500'000 francs pour les minorités particulièrement menacées en Suisse. Ce soutien financier concrétise pour la première fois une décision du Parlement en faveur de ces communautés.

Onze organisations ont pu bénéficier de cette contribution cette année, indique fedpol sur sa page internet et dont les titres de Tamedia se sont fait l'écho samedi. Comme les demandes de soutien ont dépassé l'enveloppe annuelle prévue, seuls les projets prioritaires ont été retenus. Trois demandes n'ont ainsi pas pu être prises en considération.

L'ordonnance, adoptée l'an dernier, fixe à 500'000 francs la contribution de Fedpol pour des projets visant à protéger des minorités exposées en Suisse à une menace accrue d’attaques. Il peut s'agir de minorités qui se distinguent par leur mode de vie, leur culture, leur religion, leurs traditions, leur langue ou leur orientation sexuelle.

L'aide financière va par exemple à des mesures de protection, telles des clôtures, des murs, des caméras de surveillance ou des systèmes d'alarme. Cela peut aussi être une contribution à la formation de membres des minorités dans les domaines de la gestion des risques et de la prévention.

L'ordonnance avait été adoptée après une évaluation du Service de renseignements de la Confédération (SRC). Les communautés juives et musulmanes sont les principales menacées par l'extrémisme violent.

(ATS/NXP)

Ton opinion