Zurich: Femme accusée d'avoir tué ses jumeaux rejugée
Actualisé

ZurichFemme accusée d'avoir tué ses jumeaux rejugée

La mère de famille accusée d'avoir tué ses jumeaux de 8 ans à la veille de Noël 2007 à Horgen (ZH) sera rejugée dès mercredi.

Les faits se sont déroulés en décembre 2007.

Les faits se sont déroulés en décembre 2007.

Condamnée il y deux ans à la prison à perpétuité pour double assassinat, cette mère de famille a obtenu un pourvoi en nullité pour avoir été mal défendue par son ancienne avocate.

En mars 2010, la Cour d'assise zurichoise s'était basée sur des indices accablants pour condamner la femme aujourd'hui âgée de 39 ans qui nie les faits. Elle avait suivi le réquisitoire du Ministère public sans pour autant établir avec certitude le motif des faits. La défense avait vainement plaidé l'acquittement ou tout au plus le meurtre passionnel.

Peu après le procès, la prévenue a engagé un nouvel avocat. La Cour de cassation a accepté son recours, reconnaissant que la femme avait été insuffisamment défendue en plusieurs points durant la plaidoirie finale. Elle a donc annulé le jugement de la Cour d'assise, tribunal supprimé entretemps, et chargé le Tribunal de district de Horgen de rejuger l'affaire en première instance.

Faux cambriolage

La prévenue se trouve en détention depuis la fin 2007. Elle purge actuellement une peine anticipée et suit une thérapie. Selon l'acte d'accusation, la mère de famille s'est levée en pleine nuit du 23 au 24 décembre 2007 et a étouffé ses jumeaux - un garçon et une fille - tour à tour avec un coussin ou une couverture.

Elle aurait ensuite fait croire à un cambriolage en ouvrant les armoires des enfants et en dispersant les vêtements qu'elles contenaient par terre. Dans le même but, elle aurait aussi ouvert la fenêtre du salon et renversé son sac à main.

Accusations entre ex-conjoints

Lors du procès invalidé, la femme a dépeint le père des enfants - son mari au moment des faits - comme un meurtrier potentiel. Soupçonné lui aussi au début de l'enquête, il est sorti de détention préventive après trois mois, lavé de toute accusation.

D'après le Ministère public, c'est au contraire l'épouse qui, surchargée en tant que mère, n'a pas vu d'autre voie de sortie que de supprimer ses enfants. Esseulée selon ses propres dires, elle aurait en outre entretenu deux relations extra-conjugales au moment du drame.

Report lié aux expertises

Le nouveau procès se déroule sur trois jours. Il devrait en principe se conclure le 19 décembre. Outre l'accusée, l'ex-mari et père des enfants tués sera aussi interrogé une nouvelle fois en tant que témoin. La Cour auditionnera en outre le psychiatre qui a réalisé en 2009 l'expertise de la santé psychique des deux parents.

Il n'est toutefois pas certain que les audiences puissent bel et bien se dérouler comme prévu avant la fin de l'année. La défense a en effet d'ores et déjà réclamé une nouvelle expertise préalable.

Pour l'avocat de l'accusée, il n'est pas question que la Cour se base sur l'avis d'un seul expert qui a analysé les deux personnes impliquées. Le risque d'impartialité serait trop grand. Si les juges acceptent mercredi la requête de la défense, le procès sera reporté en attendant la publication de la seconde expertise. (ats)

Ton opinion