Actualisé 16.10.2012 à 05:51

Yverdonnoise en Roumanie

Femme en détresse sauvée par des gitans

Une femme de 23 ans a disparu en Roumanie depuis le 3 octobre. La police locale l'a retrouvée lundi, épuisée mais en bonne santé.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye
Cette jeune Yverdonnoise a perdu le sourire en Roumanie. Elle devrait rentrer en Suisse mercredi.

Cette jeune Yverdonnoise a perdu le sourire en Roumanie. Elle devrait rentrer en Suisse mercredi.

«Maman, au secours. Il m'a pris mon téléphone et mon porte-monnaie.» Puis, sèchement, la brève conversation téléphonique s'interrompt. Depuis le 3 octobre dernier, Véronique, une habitante de La Sarraz (VD), n'avait plus aucune nouvelle de sa fille de 23 ans, en séjour en Roumanie.

Interpol et Facebook

Très inquiète, elle alerte ses deux autres enfants, qui lancent une alerte sur Facebook. En plus des messages de sympathie, la famille dit avoir reçu, grâce au réseau social, des informations essentielles sur l'homme ayant convaincu la jeune femme à faire le déplacement en Roumanie. Samedi passé, la famille a contacté la gendarmerie vaudoise. «Nous avons aussitôt avisé Interpol, signale Philippe Jaton, de la police cantonale. La police de Bucarest a pris les choses en main. L'ambassade de Suisse suit aussi l'affaire de près.»

La jeune femme a été retrouvée saine et sauve par la police roumaine à Piatra Neamt, une ville de la Moldavie roumaine située à quelque 350 km de Bucarest, lundi matin. Grâce à Facebook, les limiers ont bénéficié du soutien d'une ex-policière genevoise expatriée ainsi que d'une ancienne policière roumaine et de son mari, espagnol ayant vécu en Suisse.

Interrogée lundi après-midi par «20 minutes», l'Yverdonnoise n'a pas précisé si elle avait été violentée. «Je suis trop fatiguée pour parler. Rappelez-moi en début de soirée», a-t-elle réagi. Sur place, l'ambassade de Suisse s'active pour la rapatrier dès que possible.

Pauvres mais hospitaliers

«La portée disparue errait sans le sou dans une ville de 110 000 habitants», relève une source roumaine ayant requis l'anonymat. «Des gitans l'ont hébergée pendant deux-trois nuits. Son corps a été martyrisé par les puces», poursuit la même source.

Selon nos informations, alors qu'elle sortait d'une rupture amoureuse, la jeune Yverdonnoise a voulu se consoler dans les bras d'un homme originaire de la Roumanie, qui lui aurait proposé un séjour en Europe de l'Est pour «se changer les idées». Tous deux font partie des marginaux qui fréquentent la place de la gare d'Yverdon.

Mais une fois sur place, les deux tourtereaux se prennent plus le bec qu'ils ne roucoulent. Lors d'une énième dispute, le 3 octobre dernier, le Roumain - qui utiliserait plusieurs alias – se serait emparé du porte-monnaie et du téléphone de la jeune femme avant de disparaître.

«Ma fille est une battante mais mon instinct de mère me disait qu'elle était en danger. J'ai hâte de la revoir. Je remercie toutes les personnes qui m'ont aidée», a réagi Véronique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!