Agression place des Trois-Perdrix (GE): Femmes tabassées: refus de libérer un suspect

Actualisé

Agression place des Trois-Perdrix (GE)Femmes tabassées: refus de libérer un suspect

La justice française n'a pas voulu accorder de libération provisoire à l'un des six suspects de l'agression de la place des Trois-Perdrix.

par
jef
L'agression s'était déroulée à la place des Trois-Perdrix, devant la bibliothèque municipale de la Cité, à deux pas de Confédération centre.

L'agression s'était déroulée à la place des Trois-Perdrix, devant la bibliothèque municipale de la Cité, à deux pas de Confédération centre.

20 Minutes / dra

Le 8 août 2018, cinq femmes étaient sauvagement agressées et tabassées en plein centre-ville, à la place des Trois-Perdrix, en sortant de la boîte de nuit le Petit Palace. Depuis, six suspects ont été interpellés en France. L'un d'eux, incarcéré à Chambéry (F) depuis onze mois, a demandé sa libération provisoire et la possibilité d'être confronté aux victimes et à un témoin. La justice hexagonale vient de sèchement rejeter ces deux demandes, rapporte la «Tribune de Genève».

Elle relève que son emprisonnement est le seul moyen d'empêcher le prévenu de faire pression sur les plaignantes et les témoins via les réseaux sociaux. Elle estime aussi que libre, il risque de sortir et de boire, des occupations susceptibles de provoquer chez lui des accès de violence.

Ton opinion