Actualisé 26.07.2012 à 14:39

Valais

Feu bactérien sur des arbres fruitiers

Le feu bactérien a atteint pour la première fois des arbres fruitiers en Valais. Plus de 80 arbres, en majorité des poiriers, sont touchés.

Les foyers sont répartis notamment sur trois vergers situés à Nendaz (VS) et Sion. L'éradication des plants malades a déjà commencé. Des foyers ont été détectés dans le village d'Aproz, sur la commune de Nendaz, et dans celui de Châteauneuf en bordure de Sion, a indiqué jeudi à l'ats Mauro Genini, collaborateur scientifique de l'Office cantonal de l'arboriculture valaisan. Il confirmait une information de Rhône FM.

Une parcelle de l'école d'agriculture de Châteauneuf est notamment concernée. Dans ce verger, les premiers arrachages sont en cours, a précisé M. Genini. Selon le spécialiste, il s'agit d'attaques remontant à fin juin et début juillet sur des arbres présentant une deuxième floraison.

Les causes de l'infection sont pour l'heure inconnues. La maladie peut se propager par les insectes pollinisateurs ou les oiseaux. Pour l'année prochaine, des mesures de prévention ont été prises notamment pour limiter les déplacements de ruches d'abeilles.

Depuis 2002

Le feu bactérien est présent en Valais depuis 2002. Mais jusqu'à présent la maladie ne s'était manifestée que sur des plantes ornementales comme le cotonéaster. Un foyer de ce type est d'ailleurs en cours d'éradication à Grimisuat (VS).

Comme le Valais est une région considérée comme encore épargnée par la maladie, tout arbre atteint est arraché. En revanche, dans les zones déjà largement contaminée, comme dans le nord-est de la Suisse, les autorités arboricoles se contentent parfois de couper les branches malades.

225 communes

Reste qu'en Thurgovie, 18'000 arbres basses tiges (6 ha) ont déjà été arrachés cette année et plusieurs centaines dans le canton de Zoug. Les régions les plus touchées sont les cantons de Thurgovie, St-Gall, Lucerne et Zurich.

L'infection a atteint un pic en 2007, rappelle Eduard Holliger, chef du groupe de recherche phytopathologie à la station de recherche Agroscope Changins-Wädenswil (ACW). Cette année-là, plus de 120 hectares ont été arrachés.

Depuis la découverte du feu bactérien en Suisse en 1989, la lutte contre la maladie a coûté plus de 100 millions de francs. Aujourd'hui 225 communes suisses sont touchées. Ce chiffre devrait encore augmenter, selon M. Holliger. En 2007, elles étaient plus de 900. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!