Un homme s'est comporté en héros lors d'un incendie aux Pâquis

Publié

GenèveFeu nocturne: «C’est un héros et il mérite d’être remercié»

Le 5 août aux Pâquis, Samir a alerté les habitants d’un immeuble menacés par la fumée. Son geste est salué.

par
Jérôme Faas
Devant l’immeuble où il est intervenu, Samir a retrouvé Marianne, une locataire qu’il avait avertie.

Devant l’immeuble où il est intervenu, Samir a retrouvé Marianne, une locataire qu’il avait avertie.

20 min / jef

Il est gêné, Samir. Si cela n’avait tenu qu’à lui, peu auraient su que, le 5 août au soir, il était entré le premier dans un immeuble des Pâquis, dont le toit flambait, pour réveiller et faire sortir les locataires. Le Hoa, une restauratrice vietnamienne, en a décidé autrement, alertant la presse. «C’est un héros, il mérite d’être remercié.»

Marianne est du même avis. Elle sort par hasard du bâtiment sinistré quand Samir pose devant, après avoir finalement accepté une photo. Elle reconnaît celui qui l’a avertie. L’enserre, émue. «Merci beaucoup! Je suis très touchée!» Elle raconte: «Je m’apprêtais à aller au lit. Je ne m’étais aperçue de rien. Puis j’ai senti l’odeur, et à ce moment il est arrivé. Il tapait fort aux portes. Que des gens fassent des choses comme ça, c’est fantastique.»

Pour Samir, «c’est normal». Ce peintre en bâtiment kosovar de 33 ans, habitant du quartier, était dans la cour de l’école quand il a entendu crier. Sur place, il voit la fumée et des jeunes. «Ils filmaient mais ne faisaient rien. Absurde.» Avec un autre homme, il casse la porte et entre. «J’ai frappé à tous les logements. Il n’y avait pas de feu, juste l’odeur. Des gens dormaient, des couples, des enfants, une vieille dame seule, un homme âgé. Je suis monté puis descendu, en m’assurant que tous sortent. C’était dur, plusieurs ont d’abord refermé leur porte. À la fin, j’ai croisé des jeunes. Je leur ai dit de partir, que tout le monde avait été averti. Et la police est arrivée.» Il rejoint la foule, anonyme. «Je n’ai pas fait ça pour être remercié. Je n’ai pas réfléchi, j’ai agi.»

Un homme âgé gravement blessé

Ton opinion

158 commentaires