Actualisé 19.01.2011 à 16:34

Cyberpédophiles

Feu vert à la surveillance préventive

Le Service suisse de coordination de la lutte contre la criminalité sur internet (SCOCI) peut poursuivre sa lutte préventive contre les pédophiles.

La justice schwyzoise a accepté que la police surveille les opérations du SCOCI. L'autorisation est limitée à une année, mais elle est renouvelable, a indiqué mercredi la police cantonale.

Le nouveau code de procédure pénale entré en vigueur cette année empêche toute enquête préventive et secrète. Les dispositions légales en vigueur à Schwyz permettent par contre ce genre d'opérations.

Le SCOCI, intégré au département fédéral de justice et police, est exploité conjointement par fedpol et les cantons. Il traque notamment les pédophiles qui tentent d'entrer en contact avec des mineurs dans les forums de discussion sur internet.

Le déplacement à Schwyz n'est que de nature juridique, avait précisé fedpol en décembre. Les procédures opérationnelles seront toujours menées depuis Berne.

Près de 7500 dénonciations

La recherche de pédophiles sur Internet n'est pas la seule mission du SCOCI. A cela s'ajoute la traque d'autres types de matériel de pornographie dure, de contenus racistes et extrémistes mais aussi de propagation de pourriels (spams) ou d'abus de cartes de crédit.

En 2009, le service a ainsi établi 155 dossiers qu'il a transmis aux polices cantonales, selon son dernier rapport d'activités. Outre ses propres enquêtes, le SCOCI reçoit et analyse les informations concernant des sites suspects transmises par des privés.

Au cours de l'année 2009, il a reçu 7451 dénonciations, soit 1000 de plus qu'en 2008. Parmi celles-ci, 1364 concernaient de la pornographie dure. Dix personnes travaillent actuellement pour le SCOCI, a précisé à l'ATS Stefan Kunfermann, porte-parole de fedpol.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!