ONU: Feu vert à un don d'armes à la Centrafrique
Actualisé

ONUFeu vert à un don d'armes à la Centrafrique

L'ONU a autorisé la Russie a donner des armes à l'armée de Centrafrique, malgré l'embargo.

Image prétexte - Les dirigeants centrafricains ont demandé il y a quelques mois à la Russie de lui fournir des armes pour des unités en cours de formation par l'Union européenne.

Image prétexte - Les dirigeants centrafricains ont demandé il y a quelques mois à la Russie de lui fournir des armes pour des unités en cours de formation par l'Union européenne.

Keystone

La Russie a été autorisée à donner un stock d'armement conséquent à l'armée centrafricaine, en vertu d'une exemption accordée par l'ONU à Moscou. Le pays, où des groupes armés continuent de sévir, est visé par un embargo sur les armes depuis 2013.

«Le feu vert a été donné», a indiqué vendredi un diplomate sous couvert d'anonymat, au terme d'un long processus d'accord rompu à plusieurs reprises par les Occidentaux qui ont demandé davantage d'informations à Moscou.

Washington, Paris et Londres ont notamment réclamé à leur partenaire russe des mesures renforcées de stockage de ces armes en Centrafrique et de les identifier précisément avec des numéros de série, selon des sources diplomatiques.

Les dirigeants centrafricains ont demandé il y a quelques mois à la Russie de lui fournir des armes pour des unités en cours de formation par l'Union européenne.

Première livraison la semaine prochaine

Une première livraison est attendue la semaine prochaine, deux autres sont prévues le 1er février et le 1er avril. Moscou veut équiper deux bataillons totalisant 1300 hommes.

La Russie entend notamment leur fournir, avec munitions, 900 pistolets Makarov, 5200 fusils d'assaut AKM, 140 armes de précision, 840 fusils-mitrailleurs Kalachnikov, 270 lance-roquettes RPGs et 20 armes antiaériennes.

A terme, la force de paix de l'ONU en Centrafrique, qui vient d'être prolongée pour un an, doit être remplacée sur le terrain par les forces armées centrafricaines (FACA).

La Centrafrique est embourbée dans un conflit depuis le renversement en 2013 du président François Bozizé par une coalition pro-musulmane (l'ex-Séléka), qui a entraîné une contre-offensive de milices pro-chrétiennes autoproclamées d'«autodéfense» (anti-balaka, ou anti-machettes). (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion