Italie: Feu vert au retour en politique de Berlusconi
Actualisé

ItalieFeu vert au retour en politique de Berlusconi

Le magnat des médias, âgé de 81 ans, aurait initialement dû attendre jusqu'en 2019 pour être autorisé à se présenter devant les électeurs.

Silvio Berlusconi n'avait pas pu être candidat pour son parti Forza Italia aux législatives du 4 mars.

Silvio Berlusconi n'avait pas pu être candidat pour son parti Forza Italia aux législatives du 4 mars.

Keystone

Silvio Berlusconi va pouvoir à nouveau siéger au parlement et occuper des fonctions publiques. Un tribunal de Milan a obtenu sa «réhabilitation» qui annule tous les effets de sa condamnation pour fraude fiscale de 2013, écrit samedi le Corriere della Sera.

Le magnat des médias, âgé de 81 ans, aurait initialement dû attendre jusqu'en 2019 pour être autorisé à se présenter devant les électeurs. Le journal précise que la décision est arrivée vendredi avec un mois d'avance sur la date prévue du fait du «bon comportement» de M. Berlusconi.

En raison de sa condamnation, il n'avait pas pu être candidat pour son parti Forza Italia aux législatives du 4 mars. La coalition de droite dirigée par Forza Italia et la Lega (extrême droite) était arrivée en tête du scrutin avec 36% des voix, mais sans décrocher la majorité au parlement.

Samedi à Milan, Luigi Di Maio, le chef du Mouvement 5 étoiles (M5S) et Matteo Salvini, patron de la Ligue, ont repris leurs tractations pour élaborer un programme de gouvernement, texte qui pourrait être soumis dimanche à l'approbation du président de la République Sergio Mattarella. Ce dernier pourrait nommer dès lundi le nouveau chef du gouvernement. MM. Di Maio et Salvini ont prévu de se revoir dimanche pour aborder la question du candidat au poste de premier ministre.

Travaux d'intérêt général

La loi italienne autorise un condamné à demander sa réhabilitation trois ans après qu'il a fini de purger sa peine. M. Berlusconi a été condamné en août 2013 à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale dans l'affaire Mediaset. Cette peine a été commuée et il a dû effectuer quatre heures de travail hebdomadaire pendant un an dans une maison de retraite qui accueille aussi des malades mentaux.

L'ex-Cavaliere restait toutefois inéligible pour une durée de six ans et avait interdiction d'exercer un mandat public en vertu d'une loi anticorruption adoptée 2012 sous le gouvernement de Mario Monti. Une demande de casser cette «sanction» est pendante devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) à Strasbourg.

Selon le Corriere della Sera, «l'ordonnance du tribunal de Milan est effective immédiatement, ce qui signifie que M. Berlusconi est formellement réhabilité». «Cinq années d'injustice viennent enfin de s'achever», a réagi Forza Italia. «Berlusconi peut de nouveau être candidat». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion