Vaccination de rappel - Feu vert de l’OFSP pour la 3e dose pour tous avec Pfizer et Moderna
Publié

Vaccination de rappelFeu vert de l’OFSP pour la 3e dose pour tous avec Pfizer et Moderna

Les Cantons sont désormais libres de décider du calendrier d’injection de la 3e dose. Berne estime que les personnes vulnérables doivent rester prioritaires.

par
Yannick Weber
Les jeunes sont appelés à faire le rappel afin de protéger les autres de la transmission.

Les jeunes sont appelés à faire le rappel afin de protéger les autres de la transmission.

20min/Marvin Ancian

Après Pfizer, Swissmedic a autorisé vendredi la 3e dose avec le vaccin Moderna pour la population générale. Petites différences: pour Pfizer, la 3e dose est autorisée dès 16 ans, pour Moderna, en revanche, ce sera 18 ans, et elle ne sera que d’une demi-dose. Le rappel ne doit se faire qu’après 6 mois suivant la deuxième dose.

Cette procédure étant passée, les Cantons sont désormais libres de proposer la troisième dose à toute la population. Certains ont annoncé cette possibilité dès lundi, d’autres préfèrent d’abord axer la campagne sur les personnes vulnérables avant de, dans un deuxième temps, ouvrir les inscriptions pour les adultes de 16 à 64 ans, ce qui est le cas des cantons romands par exemple.

A Genève, la priorité sera donnée aux plus de 64 ans, aux personnes vulnérables et aux soignants jusqu’à mi-décembre. Puis, la troisième dose devrait être accessible au reste de la population.

Les plus âgés en premier

Dans la foulée de l’autorisation par Swissmedic, l’OFSP et la Commission fédérale pour les vaccinations ont décidé de recommander officiellement à l’ensemble de la population de recevoir cette 3e dose. L’OFSP indique que, à ce jour, plus de 350’000 personnes de plus de 65 ans l’ont reçue. «Ces personnes doivent continuer de bénéficier d’un accès prioritaire à la vaccination de rappel», exhorte la Confédération.

Car il existe une différence de motivation entre les 65 ans et plus et le reste de la population. Chez les personnes plus âgées, la protection contre les formes graves de la maladie diminue avec le temps. La dose de rappel permet de renforcer les défenses.

Jeunes: par solidarité

En revanche, la protection reste forte, même passé six mois, pour les adultes jusqu’à 65 ans. Pour eux, la motivation doit être d’ordre solidaire: les données indiquent que la protection contre la transmission diminue et que la 3e dose la renforce. Ainsi, les personnes de 16 à 64 sont appelées à recevoir cette dose principalement pour protéger les autres d’une infection plutôt que pour se protéger eux-mêmes.

«Les jeunes qui contractent le virus malgré la vaccination ne présentent, la plupart du temps, aucun symptôme ou alors de légers, et développent rarement une forme grave de la maladie. Ils peuvent néanmoins le transmettre, mais dans une bien moindre mesure que les personnes non vaccinées», indique l’OFSP.

Peut-on changer de vaccin?

Oui. L’OFSP indique que, «en principe», la vaccination de rappel doit se faire avec le même vaccin que pour les deux premières doses, mais ce n’est pas obligatoire. Si par exemple une personne qui a reçu Pfizer se rend dans une pharmacie qui n’a que Moderna, elle pourra recevoir cette troisième dose malgré tout.

Myocardites: Pfizer privilégié

De plus, l’OFSP indique que, pour les personnes de moins de 30 ans, il faut privilégier le vaccin de Pfizer, même si les deux premières doses ont été celles de Moderna. Il s’agit là des suites des cas de myocardites chez des jeunes après leur vaccination. Ces rares cas étant encore plus rares avec Pfizer, autant utiliser ce dernier pour limiter au maximum les moindres risques. Selon les déclarations reçues par Swissmedic dans son relevé des effets secondaires, il y aurait environ 1 cas de myocardite pour 400’000 doses injectées, sans que le lien avec le vaccin ne soit à chaque fois établi.

Ton opinion

206 commentaires