Fête nationale: Feux d'artifice de discours pour le 1er Août
Actualisé

Fête nationaleFeux d'artifice de discours pour le 1er Août

L'avenir de la Suisse a été au centre des célébrations du 1er Août cette année.

Moritz Leuenberger en a profité pour faire un peu d'humour.

Moritz Leuenberger en a profité pour faire un peu d'humour.

La présidente de la Confédération, Doris Leuthard, a invité la population à participer activement à le modeler et exhorté la classe politique à revenir à des «débats constructifs». Personne n'a de solution miracle: ni moi, ni ceux qui le claironnent à longueur d'année», a-t-elle souligné.

«Nous pouvons être fiers de nos acquis», a déclaré Doris Leuthard depuis le sommet du Lindenberg (AG) dans la traditionnelle allocution radiotélévisée du 1er Août, citant notamment la démocratie directe, qui «donne à tous les citoyens la possibilité de peser sur les décisions», le dynamisme de la recherche scientifique ou la vitalité des entreprises helvétiques. L'important, à ses yeux, est toutefois de «réfléchir à ce qui nous permettra de continuer à être fiers du pays».

«Quels sont nos objectifs, nos projets? Quel rôle voulons-nous jouer dans ce monde en perpétuelle mutation? Quels types de relations voulons-nous avec nos voisins européens?», s'est demandée la ministre de l'économie. Comment, également, faire face aux «défis du moment» que sont l'adaptation de la sécurité sociale aux changements démographiques, l'accroissement de la mobilité, la protection de l'environnement et le maintien d'une haute qualité de vie?

Ces questions, le Conseil fédéral ne peut les résoudre seul, a observé la démocrate-chrétienne. Elles appellent en effet des «solutions soutenues par l'ensemble de la société». Or, ce n'est qu'»ensemble que nous les trouverons». Et d'appeler les citoyens à «participer activement à la discussion», en rappelant que la démocratie, «ce n'est «pas faire son poing dans la poche ou protester bruyamment», mais «s'engager pour l'avenir du pays». «Revenons à des débats politiques constructifs», a lancé Doris Leuthard, qui a par ailleurs pris part à l'inauguration de l'hospice du Saint-Gothard, rénové en hôtel, le jour de la Fête nationale.

Rénover le «chalet suisse»

A l'exception d'Ueli Maurer, tous les membres du gouvernement ont célébré officiellement le 1er Août. Honneur au dernier venu, le ministre de l'intérieur Didier Burkhalter a participé dimanche à un brunch à la ferme à Posieux (FR), tout comme son collègue de parti Hans-Rudolf Merz à Herisau (AR) ainsi que 200.000 Suisses, selon l'Union suisse de paysans (USP).

Devant les tablées, le Neuchâtelois a appelé la population à avoir le courage de mener à bien les réformes nécessaires pour rendre - comme dans la chanson «Là-haut sur la montagne» - le «chalet suisse» encore «plus beau qu'avant» et lui assurer un «avenir radieux». Et de citer la réforme du gouvernement ou encore l'assainissement des assurances sociales.

1er discours en tant que «futur ex-conseiller fédéral»

Dans un discours mis en ligne, Hans-Rudolf Merz a qwuant à lui souligné l'importance de la Fête nationale. C'est l'occasion de célébrer les valeurs qui font la Suisse, soit «la démocratie, la liberté, l'ouverture au monde, la prospérité, le sens des responsabilités et la solidarité».

Le socialiste Moritz Leuenberger, dans son «premier discours en tant que futur ex-conseiller fédéral» dimanche à Uster (ZH), a au contraire épinglé avec son humour coutumier les mythes et symboles nationaux, comme la ruralité ou l'indépendance de la Suisse. «Nous ne sommes pas indépendants. Nous sommes dépendants de la marche du monde» et, notamment, de celle de l'UE, a relevé le ministre démissionnaire. Alors que la voie bilatérale tend à son fin, la Suisse «ferait bien de ne pas fermer les yeux plus longtemps» si elle ne veut pas que cela se termine comme pour le secret bancaire.

Action des sans-papiers

Les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) ont également été au centre du discours d'Eveline Widmer-Schlumpf samedi (hier) soir à Grimentz, dans le Val d'Anniviers. La conseillère fédérale grisonne devait rempiler le lendemain soir avec un discours sur la situation des étrangers en Suisse à Eiken (AG). Le collectif de soutien aux sans-papiers «Droit de rester» en a profité pour organiser une action demandant une régularisation collective.

Enfin, la conseillère fédérale socialiste Micheline Calmy-Rey devait également prendre la parole en soirée à Tourtemagne, dans son canton natal du Valais (VS). Elle devait souhaiter une Suisse un peu plus fière d'elle-même, selon la version écrite de son discours. (ap)

La foule au Palais fédéral

Quelque 7000 Suisses se sont rendus ce week-end aux portes ouvertes organisées au Palais fédéral pour la fête nationale. Le jour du 1er Août, ils étaient près de 5000, selon le porte-parole des Services du Parlement Andreas Blaser.

Les visiteur ont pu déambuler librement durant tout le week-end à travers le palais, du hall de la coupole au troisième étage, généralement inaccessible au public, en passant par les salles du Conseil national, des Etat et des Pas perdus.

Le dimanche à 11h00, ils pouvaient également discuter durant une heure avec les présidentes des deux Chambres, la conseillère nationale Pascale Bruderer (PS/AG) et la sénatrice Erika Forster (PLR/SG). Quelque 300 ont saisi cette possibilité, selon Andreas Blaser. Les deux élues sont restées dans la salle jusqu'à 12h30.

Ton opinion