Actualisé

AutomobileFiat scinde l'industriel de l'automobile

Fiat scindera ses activités dans l'automobile de celles touchant aux camions, engins de chantier et matériel agricole.

Il espère avoir terminé le processus d'ici la fin de l'année si les conditions macroéconomiques restent stables.

L'administrateur délégué Sergio Marchionne a fait attendre les investisseurs, anxieux de connaître le sort réservé à la division automobile, durant une présentation de la stratégie du groupe industriel qui a duré six heures.

Il a défini les objectifs de chaque nouvelle division. Il a fini par annoncer que les divisions CNH (engins de chantier et matériel agricole), Iveco (camions) et Fiat Powertrain Industrial & Marine (moteurs pour véhicules, engins industriels, électricité et maritime) seraient séparées du segment automobile et cotées en Bourse de Milan en tant que Fiat Industrial.

Le «Nouveau Fiat», qui regroupera l'automobile et les pièces détachées, réalisera un chiffre d'affaires de 64 milliards d'euros en 2014. Il jouira d'une plus grande contribution de la part de Chrysler, le constructeur américain sorti du dépôt de bilan et dont Fiat assure le contrôle de gestion.

Chrysler a subi près de quatre milliards de dollars de pertes depuis cette sortie mais il a dégagé un bénéfice d'exploitation de 143 millions de dollars au premier trimestre.

Cela n'avait plus de sens de garder ensemble des activités automobiles et industrielles, qui ont des cycles de résultats et des exigences en capital différents, a expliqué Sergio Marchionne aux investisseurs.

Bénéfice d'exploitation

Le conglomérat a réduit sa perte au premier trimestre, à 21 millions d'euros contre 411 millions un an plus tôt. Il a pu dégager un bénéfice d'exploitation de 352 millions d'euros, contre une perte opérationnelle de 129 millions il y a un an.

Le chiffre d'affaires a lui progressé de 14,7% à 12,926 milliards d'euros, tandis que le nombre de véhicules vendus a augmenté de 14,6% à 532'400 unités. Le groupe prévoit une année difficile pour le marché automobile européen.

Toutefois, Fiat a confirmé ses propres objectifs pour 2010: un bénéfice d'exploitation de 1,1-1,2 milliard d'euros et un chiffre d'affaires dépassant les 50 milliards. Il prévoit un résultat net au point mort et une dette industrielle de plus de cinq milliards.

Le groupe italien a également annoncé la nomination de John Elkann, descendant de la famille Agnelli qui contrôle le groupe italien, à la présidence du conseil d'administration. Il succède à Luca Cordero di Montezemolo, dont la démission avait été annoncée mardi.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!