Cardi B – Fière de ses cheveux naturels malgré les critiques
La rappeuse Cardi B évoque les difficultés qu’elle a à prendre soin de ses cheveux.

La rappeuse Cardi B évoque les difficultés qu’elle a à prendre soin de ses cheveux.

Instagram iamcardib
Publié

Cardi BFière de ses cheveux naturels malgré les critiques

Cardi B prône l’acceptation de soi. La rappeuse révèle même les recettes de ses soins capillaires.

par
Lauren Cavin-Hostettler

«Pourquoi à chaque fois que je poste mes cheveux au naturel je reçois des remarques disant «tu es métisse, tu es supposée avoir les cheveux longs?», s’interroge la rappeuse Cardi B dans une vidéo postée cette semaine. «Je poste des photos de mon évolution capillaire depuis des années. Être métisse ne veut pas dire que tes cheveux sont forcément longs et bouclés, ce n’est pas mon cas», déclare-t-elle.

«Depuis que je suis enfant, j’ai des problèmes à prendre soin de mes cheveux et il y a quelques années j’ai trouvé différentes méthodes qui fonctionnent sur moi et regardez mes longueurs maintenant», dit-elle en secouant sa chevelure, dans la vidéo de la fin du diaporama (ci-dessus).

Réaliser ses propres soins

«Maintenant, tout le monde peut disposer de meilleures options, fabriquer de bons produits abordables, apprendre sur YouTube et TikTok à mieux prendre soin de ses cheveux.» Sur son compte Instagram, la chanteuse partage des astuces pour réaliser des masques chez soi, qui pourront coiffer les boucles naturelle ou apporter de la brillance aux longueurs. Certains sont composés de mayonnaise, d’avocat, d’huiles végétales, d'œufs, de miel et de banane. Il suffit de mélanger les ingrédients pour obtenir une texture lisse à appliquer directement du cuir chevelu jusqu’aux pointes.

D’après elle, «tous les ingrédients sains que vous mangez peuvent être appliqués sur vos cheveux». Elle en prépare aussi pour sa fille de trois ans tout en lui enseignant à accepter ses cheveux et à avoir confiance en elle.

Bientôt sa propre marque?

Certains se demandent si la chanteuse ne se prépare pas à lancer sa propre gamme de soins pour cheveux. Si l’intéressée n’a pas encore confirmé, elle continue de poster régulièrement des recettes pour prendre soin de sa chevelure.

Le fait est que de nombreux coiffeurs sont peu formés à ce type de cheveux et que les produits de qualité restent onéreux et difficiles à trouver. «On a essayé de nous faire croire que nos cheveux ne deviendraient jamais longs. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de produits capillaires que nous utilisions à l’époque n’étaient pas bons pour nos cheveux, mais c’est tout ce que nous pouvions trouver et nous ne pouvions pas nous permettre d’aller au salon de coiffure régulièrement», ajoute-elle. «Je veux que les femmes racisées aux cheveux frisés sachent qu’elles n’ont pas de «mauvais cheveux». Il n’y a pas de mauvais cheveux. Et les «bons» cheveux ne riment pas avec une texture unique spécifique. Tous les cheveux sont beaux», conclut-elle.

Pas la seule

Elle n’est pas la seule célébrité à parler de cette thématique. Le mannequin français Cindy Bruna expliquait à «Vogue», en novembre, «À 10 ans, je décide de prendre soin de mes cheveux toute seule. Je regarde les magazines, les pubs à la télé et je ne me sens absolument pas représentée. Un cercle vicieux, puisque plus j'essaie de m’identifier à des femmes qui ne me ressemblent pas, et moins j’aime mes cheveux.» Dans la mode, elle regrette que les coiffeurs ne soient pas formés: «le cheveu bouclé marque hyper facilement. Sur un shooting, il faut donc penser à faire les photos cheveux attachés plutôt à la fin de la séance. Et s’ils veulent une coiffure bouclée mais pas trop, il faut d’abord raidir les racines sur 5 ou 10 cm, pour aplatir et diminuer le volume de l’ensemble.»

«Nous sommes contraintes de manipuler nos cheveux pour les forcer à adopter des styles qui ne nous conviennent pas, ou d’utiliser des produits qui les abîment…», déclare Issa Rae, actrice dans la série «Insecure». Elle est d’ailleurs devenue copropriétaire de la marque Sienna Naturals et nouveau visage de la marque, il y a un an.

Ton opinion

2 commentaires