Fièvre aphteuse Nouveau cas suspect dans la zone de protection
Actualisé

Fièvre aphteuse Nouveau cas suspect dans la zone de protection

Un nouvel élevage britannique situé dans la zone de protection en vigueur dans le Surrey (sud-est de l'Angleterre) est suspecté d'être atteint par la fièvre aphteuse, a annoncé vendredi le ministère de l'Environnement (Defra).

Celui-ci a ordonné l'abattage de 40 bovins.

Des tests sont en cours sur le bétail qui présentait des signes cliniques de la fièvre aphteuse, a précisé une porte-parole de Defra. Cinq cas de fièvre aphteuse au total ont été confirmés depuis le réveil de l'épizootie au mois d'août dans le pays.

Un premier cas avait été détecté le 3 août près du village de Normandy dans le Surrey et un autre cas confirmé quelques jours plus tard à proximité, près du site de Pirbright où deux laboratoires manipulent le virus.

Cinq jours seulement après que le gouvernement eut annoncé l'éradication définitive de la maladie, le virus est réapparu dans le Surrey. Au mois de septembre, la présence du virus a été confirmée dans trois autres élevages compris dans une zone de protection de 3 km autour d'Egham situé, à 13 miles (21 kilomètres) du village de Normandy.

Des résultats d'analyses préliminaires ont indiqué que la souche du virus à l'origine du premier foyer de septembre était semblable à celle responsable des précédents cas détectés début août.

Cette concentration géographique avait apaisé jusqu'à présent les craintes d'une résurgence de l'épizootie qui avait dévasté le secteur agricole britannique en 2001. L'Union européenne a par ailleurs rétabli son embargo sur la viande britannique.

(ats)

Ton opinion