Suisse: Filmés, des élevages de poules révèlent des conditions atroces

Publié

SuisseFilmés, des élevages de poules révèlent des conditions atroces

Des poules pondeuses, dont les œufs sont vendus en grandes surfaces, se cannibalisent dans des élevages en Argovie et à Fribourg. Le phénomène est marqué à Pâques.

Les images sont écœurantes et font surtout peine à voir. Des milliers de poules sont entassées dans un poulailler étroit, sombre et mal aéré. Les animaux présentent des blessures à vif ou des plaies aux pattes, sont souvent déplumés, et gisent sur le sol, apathiques, voire morts. Les clichés proviennent de vidéos tournées dans deux grandes exploitations de poules pondeuses dans les cantons d’Argovie et de Fribourg. Leurs œufs seraient vendus sous le label «élevage en plein air» chez Migros, Volg ou Landi.

Les vidéos ont été mises en ligne par l’organisation de défense des droits des animaux Tier im Fokus (TIF). L’ONG reçoit régulièrement des images similaires, affirme-t-elle dimanche. «Le picorage des plumes et le cannibalisme sont des problèmes qui ne sont toujours pas résolus dans l’industrie de l’œuf», dénonce Tobias Sennhauser, président de la TIF.

Très loin de la publicité

Selon lui, les poules peuvent perdre tellement de sang qu’elles en meurent. Le stress en serait la cause. «Les poules malades et blessées devraient être immédiatement séparées du troupeau et traitées, explique-t-il.  «Or elles sont toujours abandonnées à leur sort, selon lui. En effet, jusqu’à 18’000 poules pondeuses vivent dans un élevage intensif. Avec autant d’animaux, les individus malades ou blessés sont la plupart du temps oubliés, faute de temps de la part des agriculteurs pour s’occuper de leur volaille.

On est donc très loin de l’image idyllique vendue par la publicité de poules gambadant librement dans un pré sur fond de décor campagnard helvétique. Des images qui fonctionnent auprès des consommateurs puisque dopée par la demande, la production des œufs suisses a augmenté de 7,7% l’an dernier. Une hausse particulièrement marquée pour l’élevage en plein air (+185%) et l’aviculture biologique (+107%).

Surtout à Pâques

Et c’est surtout à Pâques que les choses se gâtent dans les poulaillers, souligne l’association Tier im Fokus. En effet, pour répondre à la forte demande, beaucoup trop de poules pondeuses sont placées dans les élevages, expliquent-ils. Mais dès que la fête est passée, les commerçants se retrouvent avec leurs œufs sur les bras. Du coup, pour écouler les stocks, la Confédération subventionne les grands détaillants pour qu'ils puissent proposer des œufs en promotion. Ceci dans le cadre de mesures dites «d’allégement du marché».

Une démarche que critique vertement Tobias Sennhauser. «Il est inacceptable que la consommation d’œufs soit stimulée par l’État», clame-t-il. Tier im Fokus demande donc, dans une pétition adressée au Conseil national, que ces mesures soient supprimées. Au lieu de brader les œufs par l’État, la consommation doit baisser, estime l’association. Celle-ci réclame du coup des exploitations plus petites afin que les agriculteurs puissent s’occuper correctement de leur volaille.

Les exploitants argoviens se défendent

L'entreprise argovienne incriminée a réagi dimanche après la parution des images de Tier im Fokus. Les images ne sont belles pour personne, font savoir ses deux propriétaires. Le mauvais état des poules s'expliquerait par une maladie des animaux survenue l'été dernier en raison du temps froid et humide, selon eux. Ils assurent que les gallinacés souffrants ou morts sont toujours séparés des autres et éliminés conformément aux prescriptions de la loi sur la protection des animaux.

Selon eux, la découverte sur les images de leur élevage d'une poule morte au sol tiendrait au fait que les images ont été prises de nuit et que du coup son cadavre n'avait pas encore été retiré. Ils assurent encore que leur exploitation, labellisée, fait l'objet régulier de contrôles inopinés. «Jusqu'à présent, il n'y a pas eu de réclamations ou d'infractions», relèvent-ils.

(cht)

Ton opinion

172 commentaires