Diplomatie: Fin de la crise entre Téhéran et Ryad?
Actualisé

DiplomatieFin de la crise entre Téhéran et Ryad?

L'Iran et l'Arabie saoudite ont accepté des visites respectives de leurs diplomates pour inspecter leurs missions diplomatiques.

Mohammad Javad Zarif.

Mohammad Javad Zarif.

Keystone/Archives/photo d'illustration

Les relations diplomatiques entre les deux pays sont rompues depuis janvier 2016.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif n'a pas évoqué une éventuelle reprise des relations diplomatiques entre les deux puissances régionales rivales, mais ces mesures pourraient traduire une amorce de normalisation entre Téhéran et Ryad.

«Des visas ont été délivrés pour les deux parties. Des détails doivent encore être réglés avant que nos diplomates puissent aller inspecter notre ambassade et notre consulat en Arabie saoudite et que des diplomates saoudiens fassent de même dans leur ambassade et consulat», a-t-il dit dans interview à l'agence Isna, reprise jeudi par d'autres médias.

Négociations avec la Suisse

C'est la première fois que les deux pays acceptent un tel échange de diplomates depuis la rupture de leurs relations en janvier 2016. L'Arabie saoudite avait rompu ses relations avec l'Iran après le saccage de son ambassade à Téhéran par une foule qui réagissait à l'exécution dans le royaume d'un dignitaire religieux chiite.

Depuis mi-février 2016, la Suisse poursuit avec ces deux Etats des négociations sur un éventuel mandat de puissance protectrice. En vertu d'un tel mandat, la Confédération représenterait les intérêts de l'Iran en Arabie saoudite et ceux de l'Arabie saoudite en Iran, indique le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) sur son site internet.

Après le Hadj

Mohammad Javad Zarif a indiqué que les visites des diplomates devraient avoir lieu après la fin du pèlerinage musulman de La Mecque, qui s'achève la première semaine de septembre. Lors du pèlerinage de 2015, une immense bousculade avait coûté la vie à près de 2300 fidèles, dont 464 Iraniens.

L'année suivante, les pèlerins iraniens n'avaient pas été autorisés à participer au pèlerinage, les deux pays n'ayant pas réussi à s'entendre sur des questions de sécurité et de logistique. Téhéran et Ryad se sont mis d'accord pour que des pèlerins iraniens puissent s'y rendre cette année.

Soutien aux djihadistes

Mohammad Javad Zarif a en outre critiqué la politique de Ryad dans la région. «Le comportement de l'Arabie saoudite est contraire à ses propres intérêts. Nous voulons la sécurité et la stabilité dans toute la région et insistons sur la nécessité de lutter contre les dangers qui nous menacent tous», a-t-il dit en évoquant les groupes djihadistes.

«Nous pensons que l'Arabie saoudite n'a tiré aucun profit de deux années de guerre et d'actions horribles contre les Yéménites, bien au contraire. C'est pareil en Syrie ou à Bahreïn. Nous espérons qu'ils choisiront une autre voie», a-t-il déclaré en ajoutant que l'Iran était toujours prêt au dialogue avec l'Arabie saoudite.

Les deux pays connaissent des relations très tendues depuis des années, en raison notamment de leurs différends sur plusieurs dossiers régionaux comme la guerre en Syrie, la situation au Yémen ou encore à Bahreïn.

Le Qatar rétablit ses relations avec l'Iran

Le Qatar a de son côté annoncé jeudi le retour de son ambassadeur en Iran et le rétablissement de relations diplomatiques totales avec Téhéran. Le ministère qatari des Affaires étrangères a ajouté qu'il souhaitait renforcer encore davantage les relations avec l'Iran, pays avec lequel il partage le plus grand champ gazier du monde.

Le 5 juin, l'Arabie saoudite et ses alliés ont rompu leurs relations avec le Qatar en l'accusant de soutenir des groupes extrémistes et de se rapprocher de l'Iran.

Le rappel de l'ambassadeur du Qatar à Téhéran avait fait suite à des attaques en janvier 2016 contre des missions diplomatiques saoudiennes en Iran, consécutives à l'exécution d'un dirigeant chiite en Arabie. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion