Espace: Fin de la mission kamikaze pour 2 sondes lunaires
Actualisé

EspaceFin de la mission kamikaze pour 2 sondes lunaires

Deux sondes jumelles américaines de la taille d'une machine à laver se sont écrasées sur la Lune comme prévu lundi après une mission très fructueuse de près d'un an.

Les explorations des deux engins ont permis de révéler le secret des entrailles lunaires.

Les explorations des deux engins ont permis de révéler le secret des entrailles lunaires.

Les deux engins, baptisés «Ebb» et «Flow» par des écoliers dans le cadre d'un concours, ont percuté une montagne de 2500 m d'altitude à proximité du pôle nord de la Lune, près du cratère Goldsmildt, peu avant 23h30 (heure suisse).

Ebb a été le premier à s'écraser à exactement 23h28, suivi trente secondes après par Flow, à une vitesse de 6050 km/h ou 1,7 km par seconde, a précisé l'agence spatiale américaine.

Il n'y a aucune image de l'impact puisque la zone du crash était dans l'obscurité, a indiqué la Nasa. Celle-ci avait expliqué la semaine passée qu'elle avait mis fin aux missions des deux sondes en raison du bas niveau de carburant restant dans leurs réservoirs. Cela ne leur permettait pas d'entreprendre davantage d'activités scientifiques.

La Nasa a minutieusement calculé la trajectoire finale des deux sondes pour s'assurer qu'elles ne s'écrasent pas sur un «site historique» lunaire comme les lieux d'alunissage des missions Apollo par exemple.

Des données essentielles

Ebb et Flow ont pris plus de 115'000 images de la surface lunaire et surtout mesuré avec une précision sans précédent le champ de gravitation de la Lune, permettant non seulement une meilleure compréhension de sa formation et de son évolution, mais aussi de celle de la Terre et des autres planètes rocheuses du système solaire, soulignent les scientifiques.

«Ebb and Flow ont levé le voile sur la Lune qui va permettre de faire des découvertes sur la manière dont elle s'est formée et a évolué», a déclaré lundi à la télévision de la Nasa Maria Zuber, professeur de géophysique au Massachusetts Institute of Technology (MIT), responsable scientifique de la mission, et ce peu après que les deux engins eurent percuté le sol lunaire.

Elle a également annoncé que le lieu où se sont écrasées Ebb and Flow portera le nom de l'astronaute Sally Ride, pour honorer la première américaine à avoir volé dans l'espace en 1983 et décédée d'un cancer en juillet 2012 à 61 ans. Celle-ci avait également contribué à la mission.

«Nos deux sondes lunaires jumelles vont nous manquer mais les scientifiques me disent qu'il faudra des années pour analyser toutes les données formidables qu'elles ont récoltées», a ajouté David Lehman, directeur du projet Grail (Gravity Recovery and Interior Laboratory) au Jet Propulsion Laboratory à Pasadena (Californie, ouest).

Croûte lunaire pulvérisée

Lancées en septembre 2011 et en orbite lunaire depuis le 1er janvier 2012, elles ont permis de révéler la répartition des masses ainsi que l'épaisseur et la composition des différentes strates de la Lune jusqu'à son noyau.

Elles ont ainsi montré que la croûte lunaire est bien plus mince que ne le pensaient les scientifiques et a été presque entièrement pulvérisée par des bombardements d'astéroïdes et de comètes dans son passé. (ats)

Ton opinion