Etats-Unis: Fin de la production de bombes à sous-munitions
Actualisé

Etats-UnisFin de la production de bombes à sous-munitions

C'est un succès pour les organisations de défense des droits de l'homme qui tentent d'obtenir l'élimination de ces armes.

Manifestation contre les bombes à sous-munition, en 2007. (Archive)

Manifestation contre les bombes à sous-munition, en 2007. (Archive)

photo: AFP

Le dernier fabricant américain de bombes à sous-munitions, bannies par de nombreux pays, a décidé de stopper leur production. «L'environnement politique actuel rend difficile» l'obtention des autorisations d'exportation des bombes à sous-munition, a justifié mercredi soir le groupe Textron dans une notification à la SEC, le gendarme boursier américain.

Fin mai, l'administration américaine avait décidé de suspendre la livraison à l'Arabie saoudite des bombes à sous-munitions produites par Textron, sous la pression d'ONG et d'élus au Congrès. Ceux-ci dénonçaient l'utilisation de ces armes par les Saoudiens au Yémen.

Les bombes à sous-munitions contiennent des mini-bombes, jusqu'à des centaines dans certains cas. Celles-ci se dispersent sur un vaste périmètre, mais n'explosent pas toujours. Elles se muent alors de facto en mines anti-personnel susceptibles de se déclencher au moindre contact et peuvent se révéler meurtrières pour les civils pendant des années.

Justifié

La convention internationale d'Oslo de 2008 interdit ce type d'armement. Elle a été ratifiée par nombre de pays occidentaux, mais pas par les Etats-Unis.

Washington n'a pas utilisé ces bombes depuis plusieurs années, mais continue d'en exporter. Outre les Etats-Unis, une quinzaine de pays sont toujours répertoriés comme producteurs d'armes à sous-munitions, dont la Chine, la Russie et Israël.

Selon un rapport à l'ONU de l'Observatoire des armes à sous-munitions, ces armes ont été notamment utilisées de manière «intensive et répétée» en 2015 au Yémen par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite, et en Syrie par la Russie. Plus de 400 personnes ont été tuées ou blessées dans ces attaques, selon le rapport. La quasi-totalité d'entre elles (97%) étaient des civils, dont 36% d'enfants.

Décision saluée

L'organisation de défense des droits de l'homme HRW, qui milite de longue date contre ces armes, s'est félicitée de l'arrêt de leur fabrication aux Etats-Unis.

«C'est très important. Cela rapproche un peu plus les Etats-Unis» d'une ratification de la convention d'Oslo, a affirmé à l'AFP Mary Wareham, spécialiste des armements chez HRW. «Et cela montre que cette convention est efficace, même pour les pays qui ne l'ont pas signée».

Les militaires américains estiment que l'usage de bombes à sous-munition peut être approprié par exemple lorsqu'il s'agit d'attaquer un convoi de multiples véhicules.

Ils affirment également que les dernières générations de bombes, comme la CBU-105 fabriquée par Textron, ont des sous-munitions à guidage de précision. Ce qui limite les possibilités de dissémination. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion