Suisse: Fin des tests des systèmes de défense sol-air
Actualisé

SuisseFin des tests des systèmes de défense sol-air

Des capteurs de systèmes de défense aérienne français et américains ont été testés par l'armée suisse, avant une 2e phase d'essai.

Le Conseil fédéral devrait désigner le modèle retenu fin 2020 ou début 2021.

Le Conseil fédéral devrait désigner le modèle retenu fin 2020 ou début 2021.

Keystone/Photo prétexte

L'armée suisse a terminé les essais des capteurs soumis par les Etats-Unis et par la France pour un nouveau système de défense sol-air de longue portée. Les deux candidats ont réussi toutes les missions et restent en course pour la suite de l'évaluation.

De la mi-août à fin septembre 2019, les capteurs des systèmes de défense aérienne ont été testés à Menzingen (ZG) afin de vérifier la performance indiquée du radar. Aucun essai de tir n'a été effectué, a annoncé lundi le Département fédéral de la défense (DDPS). Pour chaque candidat, les tests incluaient dix missions, requérant seize décollages et atterrissages d'aéronefs divers. Le candidat pouvait contrôler l'installation correcte de son système détecteur et des dispositifs d'enregistrement lors de la première mission.

Les neuf missions d'évaluation suivantes se fondaient sur des scénarios techniques et opérationnels, avec présentation de cibles en vol. L'objectif était d'examiner les capteurs dans le contexte suisse et de vérifier la maturité du système.

Le respect des normes en matière d'émissions a également été vérifié. Les valeurs mesurées se situaient toutes nettement au-dessous de la valeur limite définie par la loi. Les deux candidats ont réussi toutes les missions et restent en course pour la suite de l'évaluation, poursuit le DDPS. Il s'agit du système SAMP/T du consortium français Eurosam et du système Patriot de la société américaine Raytheon.

Second appel d'offres

Pour chaque candidat, armasuisse et l'armée rassembleront les conclusions tirées des essais des capteurs dans des rapports spécialisés. A partir des résultats de la phase d'analyse et d'essai, armasuisse établira un second appel d'offres qui sera transmis aux candidats en janvier 2020.

Sur la base de leur deuxième offre et des rapports spécialisés, armasuisse déterminera les avantages globaux de chaque candidat, puis les comparera entre eux. Les résultats, accompagnés d'une analyse complète des risques, seront inclus dans le rapport d'évaluation, mettant en parallèle les avantages globaux avec les coûts d'acquisition et d'utilisation sur une période de 30 ans. Le Conseil fédéral devrait désigner le modèle retenu fin 2020 ou début 2021. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion