Finales de la Coupe du monde à Lenzerheide
Actualisé

Finales de la Coupe du monde à Lenzerheide

Le couple Marlies Schild/Benjamin Raich a flanché lors de l?avant-dernière journée des finales de Lenzerheide.

Les tourtereaux autrichiens rêvaient des grands globes de cristal. Ils devront sûrement faire sans. La faute à leurs éliminations et aux succès de Nicole Hosp et d?Aksel Lund Svindal.

Avant de s?élancer en slalom, Raich bénéficiait de trois points d?avance sur son rival norvégien. Le duel s?annonçait haletant. Il n?aura duré que quelques secondes. «Je suis arrivé trop vite sur une porte et je me suis fait surprendre», a expliqué le Tyrolien, vainqueur des deux derniers géants disputés en Coupe du monde.

Svindal comptait aussi deux succès de rang, mais sur les seules épreuves de Lenzerheide (descente et super-G). Avec le géant, le double champion du monde d?Are a continué de faire dans le 100%. Un impressionant «coup du chapeau» qui lui octroie une marge de 97 points au général. «On peut dire que j?ai fait un bon pas en direction du globe», a bien voulu reconnaître l?héritier des Kjus ou autre Aamodt.

Cuche se venge du Blick

A un slalom de la fin, les données sont claires. Raich doit gagner dimanche et espérer que Svindal ne se classe pas dans les 15 pour conserver son titre. Un scénario possible, quoique bien hasardeux. Autant dire que les deux petits globes (géant et super-combiné) de Svindal auront bientôt un grand frère...

Les 9000 spectateurs n?ont pas seulement applaudi les 1m95 et le quintal du Norvégien. Trois Suisses ont aussi participé à la liesse. Le premier s?appelle Didier Cuche et a terminé en beauté sa saison avec une quatrième place. «La presse alémanique à sensation (réd: le Blick) a écrit que j?avais ruiné mes chances au général en fêtant trop mon globe de descente. J?avais envie de montrer sur la neige que c?est tout faux», a lancé le Neuchâtelois.

Marc Berthod a terminé un rang derrière son aîné. «C?est le meilleur résultat de ma carrière en géant. Je suis aussi ravi d?avoir pu enchaîner deux bonnes manches de suite. J?y étais parvenu cet hiver en slalom, mais pas encore en géant. C?est prometteur pour la saison prochaine», a estimé le Grison. Son copain Daniel Albrecht, onzième, a aussi signé son résultat le plus significatif dans la discipline.

Guerre des nerfs

Moins de deux heures après l?élimination de son fiancé, Marlies Schild est partie à la faute en deuxième manche (2e chrono sur le tracé initial). Il n?y a pas mille explications à cette faillite: Schild a craqué. La Salzbourgeoise avait tout pour tuer le suspense dans la course au général. Son avance sur Hosp se montait à 70 points et, surtout, elle affichait un bilan de sept victoires en slalom sur huit courses disputées cet hiver.

Dimanche en géant, c?est Nicole Hosp qui aura droit à sa balle de match. La Tyrolienne concourra dans sa discipline forte avec un crédit de 30 points sur Schild. «Comme nous l?avons vu aujourd?hui, il peut y avoir des retournements de situation à tout moment. Il faudra avoir les nerfs solides», a modéré Hosp.

Aucune Suissesse n?était parvenue à décrocher une place pour la course du jour. Ce qui a valu cette remarque de l?entraîneur Hugues Ansermoz: «C?est le troisième hiver de suite que j?assiste aux finales du slalom en touriste (réd: dont deux avec l?équipe canadienne). Il faudra absolument que cela change l?an prochain!» (ats)

Ton opinion