Actualisé 17.09.2020 à 09:28

SuisseFinancement des partis: le contre-projet balayé

L’initiative «Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique», encore édulcoré lors des débats au National, n’a convaincu ni à droite, ni à gauche.

Après le rejet du National, le Conseil des Etats doit de nouveau se prononcer.

Après le rejet du National, le Conseil des Etats doit de nouveau se prononcer.

KEYSTONE

L’initiative «Pour plus de transparence dans le financement de la vie politique» pourrait être présentée au peuple sans contre-projet. Le National a balayé le texte par 168 voix contre 18 et 9 abstentions. Le Conseil des Etats doit de nouveau se prononcer.

L’initiative populaire veut contraindre les partis à communiquer chaque année leur bilan et leur compte de résultat, ainsi que l’origine de tous les dons d’une valeur supérieure à 10’000 francs. Les particuliers et les comités, qui dépensent plus de 100’000 francs pour une campagne, devraient également communiquer leur budget global et les dons importants reçus.

Le Conseil des Etats a déjà rejeté le texte au profit d’un projet moins strict: il a fixé la barre pour les dons à 25’000 francs par personne et par an et le seuil pour les campagnes à 250’000 francs.

Le texte, encore édulcoré lors des débats au National, n’a convaincu ni à droite, ni à gauche. L’UDC s’est insurgée contre un «monstre bureaucratique» et une atteinte à la sphère privée. La gauche et les Verts-libéraux ont refusé un projet délesté d’une mesure phare, à savoir la déclaration des dons.

(ats/nxp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
23 commentaires

ruedu

17.09.2020 à 12:15

tout financement de parti devrait être réglée et tous le même budget de campagne...

Konrad Michler

17.09.2020 à 11:21

Je sais que la majorité des partis de gauche touchent de l’argent publique, donc des contribuables pour financer leurs campagnes. Il est vrai qu’ils ne savent pas créer de richesse et préfèrent vivre sur le dos des autres.

Leo

17.09.2020 à 11:18

La droite ne veut pas d'impôts, mais veux que l'état aide ses entreprises quand elles en ont besoin. La droite ne veut rien dépenser sauf pour des avions trop puissants pour une police du ciel et inutiles en cas de guerre. La droite veut passer les crimes et corruption comme "vie privée" Comme toujours, du pure égoïsme derrière ces partis