Actualisé 31.03.2020 à 18:39

Salles de cinéma

«Financièrement, ce sera une année compliquée»

Coronavirus oblige, les salles de cinéma sont fermées jusqu'à nouvel avis. Mais leurs exploitants n'ont pas disparu!

de
Catherine Magnin

Les cinémas du Grütli, au centre-ville de Genève, c'est le rendez-vous par excellence des cinéphiles, le programme affichant films de patrimoine et films d'art et essai. D'ailleurs, les deux salles s'appellent Michel Simon (200 places) et Henri Langlois (60 places), c'est dire!

Quinze personnes (8 employées, 7 auxiliaires) sont impactées par la fermeture imposée par la Confédération, dans le cadre des mesures de lutte contre la pandémie de coronavirus. «Nous comptons sur nos subventions», explique Sarah Maes, chargée de communication et responsable du programme jeune public.

«Honnêtement nous ne sommes pas sûrs que ça mette en danger l'existence de la structure, mais ce sera sans doute une année compliquée financièrement… »

Difficile de savoir combien de temps elle pense «tenir». Trois mois peut-être, sans beaucoup d'espoir que la réouverture des salles, même sous conditions, soit pour demain. «Nous avons plutôt l'impression que cela va durer plus longtemps que prévu», avoue Sarah. Qui ne pense pas que le public se détournera des salles au profit de la consommation de films en lignes (VOD): «Les gens auront encore plus envie de sortir après cette crise!»

Faites un film en stop motion!

Sarah Maes se réjouit donc de présenter aux spectateurs une rétrospective Fritz Lang, mais aussi «Martin Eden», de Pietro Marcello, et «Mare» d'Andrea Staka. En attendant, elle s'occupe de sa fille de 2 ans. «Et Alfio di Guardo, directeur-adjoint, lit et regarde des films (et pense beaucoup à son travail)!»

Un conseil aux cinéphiles bloqués chez eux? «Faire des petits films d'animation en stop motion en famille.»

Si cela vous tente, voici un petit tuto on ne peut plus simple pour en réaliser un avec votre smartphone:

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!